Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Pesticides et protection des riverains, la polémique pulvérise des records d’agitation médiatique

Pesticides

Fongicides SDHI, entretien avec Gérard Lasfargues, directeur général délégué du pôle sciences pour l’expertise de l’Anses

Bio

Le bio devrait continuer à progresser, mais reste concentré sur relativement peu de consommateurs

Initiative

Élevage, quand les élèves de lycées agricoles s’adressent à ceux des filières générales

Pesticides

Le maire qui souhaitait limiter les pesticides près des habitations de son village débouté par la justice

Politique

Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement retoque l’idée d’un projet agricole collectif

Les opposants au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes espéraient que la zone serait dédiée à un projet agricole collectif. Sébastien Lecornu, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique, a fermé la porte, le 20 mars.

Par Eloi Pailloux - Publié le 27/03/2018 à 15:39

Commenter

Partager :

Après l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, la question de « l’après » bat son plein. Les opposants à l’aéroport espéraient une gestion agricole collective inspirée du Larzac. Concrètement, cela revient à rassembler les agriculteurs, les habitants et les communes locales au sein d’une société civile à laquelle l’État confie la gestion du foncier. La Société civile des terres du Larzac bénéficie ainsi d’un bail de très longue durée, dit « emphytéotique », courant jusqu’à 2083.

Le projet agricole confirmé

Pour ce qui concerne Notre-Dame-des-Landes, l’État n’a pas l’intention de reproduire ce modèle. Sébastien Lecornu, secrétaire d’État à la Transition écologique, l’a annoncé le 20 mars 2018 aux opposants de l’aéroport. C’est une « approche individuelle de la gestion des terres » qui a été retenu, même si l’agriculture reste au cœur de l’avenir de Notre-Dame-des-Landes. Le secrétaire d’État a également rappelé que l’échéance fixée par le gouvernement, pour que les occupants de la ZAD, zone à défendre, régularisent leur situation, était fixée au 31 mars.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *