Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Modes de production

Le bio bat des records en 2018

Pesticides

Pour la première fois, un pesticide jugé perturbateur endocrinien est retiré du marché

Communication

Les laiteries ouvrent leurs portes au grand public jusqu’au 5 juin

Politique

Bio, bien-être animal, OGM, pesticides… l’opinion des Français éclairée par un sondage

Labels

Le commerce équitable connaît une croissance « exceptionnelle » en 2018

Climat

Officialisé, le Haut conseil pour le climat compte deux experts de l’agriculture

Le décret officialisant la création du Haut conseil pour le climat a été publié le 15 mai 2019 au Journal officiel. Chargé d'évaluer l'efficacité des mesures politiques en matière de climat, cette instance compte, parmi ses experts, deux personnalités issues du monde agricole.

Par Eloi Pailloux - Publié le 21/05/2019 à 17:42

Commenter

Partager :

C’est l’une des premières mesures annoncées, à chaud, lors de l’émergence du mouvement des gilets jaunes. Le Haut conseil pour le climat, chargé de surveiller la politique française en matière de lutte contre le réchauffement climatique, a été officiellement créé le 15 mai 2019 par décret. Cette instance, présentée comme indépendante, est hébergée par le Commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP), lui-même rattaché à Matignon. Le décret précise toutefois que l’appui du CGSP se cantonne aux aspects administratif, informatique et à la communication.

Deux personnalités « agricoles »

Un lien qui ne doit donc pas interférer sur les avis du Haut conseil pour le climat, composé d’une douzaine de spécialistes « dans le domaine des sciences du climat et de la réduction des émissions de gaz à effet de serre ». Deux personnalités du secteur agricole sont présentes : Marion Guillou, présidente de l’Institut agronomique, vétérinaire et forestier de France (Agreenium), et Jean-François Soussana, directeur scientifique de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra).

Le Haut conseil pour le climat devra rendre public des rapports annuels portant notamment sur l’efficacité des politiques et mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, développer les puits de carbone, réduire l’empreinte carbone et trouver des actions pour s’adapter au changement climatique, y compris les dispositions budgétaires et fiscales. Il portera également un regard sur l’impact socio-économique et environnemental, y compris pour la biodiversité, de ces différentes politiques publiques.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *