Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Communication

Les laiteries ouvrent leurs portes au grand public jusqu’au 5 juin

Politique

Bio, bien-être animal, OGM, pesticides… l’opinion des Français éclairée par un sondage

Labels

Le commerce équitable connaît une croissance « exceptionnelle » en 2018

Biodiversité

Un rapport d’experts alerte sur l’érosion de la biodiversité (IPBES)

Communication

Agriculture et fake news scientifiques, une tendance difficile à enrayer

Politique

Passation Hulot-Rugy : l’agriculture absente des discours

Après une semaine de vacances, le bureau du ministre de la Transition écologique et solidaire est de nouveau occupé. François de Rugy succède à Nicolas Hulot. L'agriculture ne figurait pas parmi les sujets abordés par les deux hommes lors de la passation, le 4 septembre 2018.

Par Eloi Pailloux - Publié le 05/09/2018 à 18:29

Commenter

Partager :

Le dossier agricole, au ministère de la Transition écologique et solidaire, était sensible lorsque Nicolas Hulot occupait les lieux. Il l’a clairement exprimé lors de l’annonce de sa démission-surprise, le 28 août sur France Inter. « Avons-nous commencé à réduire l’utilisation des pesticides ? La réponse est non, avait-il affirmé. (…) Je ne peux pas passer mon temps à gérer des querelles avec Stéphane Travert. »

Premières réunions de travail ce matin avec les secrétaires d’Etat @brunepoirson et @SebLecornu pour un point sur les dossiers en cours en amont du Conseil des ministres pic.twitter.com/kbG4c8Jl1A

— François de Rugy (@FdeRugy) 5 septembre 2018

Hulot muet sur l’agriculture…

Pas très étonnant, dans ces conditions, que le désormais ex-ministre n’ait pas souhaité évoquer ce secteur lors de son discours de départ. Ému, Hulot a tenu à remercier ses collaborateurs directs et certains autres ministres, y compris Édouard Philippe avec qui il a pourtant eu des échanges musclés, notamment au printemps dernier, lorsqu’il souhaitait intégrer l’environnement dans l’article 1 de la constitution. Pour Stéphane Travert, en revanche, pas un mot.

…tout comme Rugy

Tenu de profiter de l’électrochoc provoqué par le départ de Nicolas Hulot, François de Rugy n’a pas d’avantage parlé d’agriculture. Recyclant le slogan « recycler l’économie et l’écologie », il s’est avant tout affirmé son souhait de s’appuyer sur les entreprises, ainsi que sur les ONG environnementales. « Déterminé à bousculer les status quo et les conservatismes », Rugy précise toutefois être prêt à opérer des transformations « par étape si nécessaire. »

Les néonicotinoïdes comme premier dossier ?

Une ligne conforme à sa position sur les néonicotinoïdes. En avril 2017, alors en campagne pour Emmanuel Macron, il s’était satisfait de l’interdiction progressive de cette famille d’insecticides. Le voilà en charge du dossier : les négociations pour d’éventuelles dérogations à cette interdiction, valide depuis le 1er septembre 2018, sont en cours. La gestion et le stockage d’eau en agriculture, mais aussi des prédateurs ou encore les dégâts de gibier sont les autres thématiques agricoles dont il devra s’emparer sans tarder.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *