Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

La baguette à 29 centimes de Leclerc ne passe pas au sein du secteur agricole

Élevage

Élevages d’insectes, un secteur qui grouille de perspectives

Politique

12 M€ supplémentaires par an pour prévenir le mal-être des agriculteurs

Pesticides

Le Gouvernement présente son plan pollinisateurs pour les cinq prochaines années

Politique

Innovation, 877,5 M€ mobilisés pour l’agroécologie et l’alimentation durable

Filières

Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, la baguette française à l’étude

Dans le cadre de l’étude de la candidature du « savoir-faire et de la culture de la baguette de pain » au Patrimoine culturel immatériel (PCI) de l’Unesco, la coopérative Vivescia, et son entreprise de meunerie les Grands moulins de Paris ont reçu la délégation de l’institution, le 7 septembre. La journée a permis de faire découvrir les savoir-faire liés à la conception de ce produit traditionnel.

Par Romane Gentil - Publié le 08/09/2021 à 10:09

Commenter

Partager :

En mars dernier, le « savoir-faire de la culture de la baguette de pain » était retenu comme candidat pour figurer au Patrimoine culturel immatériel (PCI) de l’Unesco. Dans le cadre de l’étude de cette candidature, la coopérative Vivescia et son entreprise de meunerie les Grands moulins de Paris ont reçu, le 7 septembre, la délégation de l’institution.

La baguette française, candidate idéale ?

Au programme de la journée : la découverte de l’ensemble des savoir-faire nécessaires à la conception de ce produit. « Pour être éligible au titre de PCI de l’Unesco, les pratiques ou savoir-faire proposés doivent notamment être reconnus comme faisant partie du patrimoine culturel d’une communauté, transmis de génération en génération, procurant un sentiment d’identité et de continuité », précise un communiqué de Vivescia. Des rencontres avec des agriculteurs, meuniers et boulangers, une présentation de la fabrication de baguettes chez un boulanger rémois et une visite du moulin de Reims, ont permis d’appuyer cette candidature.

Une forme de reconnaissance pour toute la filière

 « C’est une reconnaissance pour tous ces hommes et ces femmes qui, sur ce territoire, cultivent l’excellence, des semis de blé à la baguette. », affirme Christoph Büren, président du groupe coopératif Vivescia. Une telle inscription serait en effet la bienvenue pour tous les acteurs de la filière qui, alors que la France est le premier producteur de blé en Europe, continuent de voir le nombre de boulangeries diminuer chaque année sur le territoire.

La décision de la délégation est attendue à l’automne 2022.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *