Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Labels

Plus de 8000 exploitations certifiées HVE en 2020

Agro-écologie

Af-Ter, lancement d’un fonds de financement pour l’agroforesterie

Alimentation

Open Agrifood souhaite un ministère de l’Alimentation collectif

Alimentation

Le ministre de l’Agriculture signe une charte de mise en avant des produits frais et locaux

Initiative

Avec Cultivons demain, objectif 1 milliard d’euros pour adapter l’agriculture au changement climatique

Pesticides : Royal veut séparer le conseil de la vente

Ségolène Royal veut découpler deux rôles souvent tenus par la même entité autour de l'agriculteur : celui de conseiller technique et de vendeur de pesticides. La ministre de l'Environnement annonce, le 14 février, le lancement d'une expérimentation concrète en ce sens.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 15/02/2017 à 00:00

Commenter

Partager :

 class=
Dans le cadre d'une expérimentation, des agriculeurs vont travailler avec des conseillers indépendants des structures commercialisant les pesticides.

« Comment conseiller à l'agriculteur d'utiliser moins de pesticides, si vous êtes vous-même vendeur de ces produits ? ». Ségolène Royal pose cette question depuis plusieurs mois. Au cœur de cette interrogation : les techniciens de la distribution agricole.

Ces professionnels accompagnent les producteurs dans la construction de leurs stratégies de protection des cultures contre les différentes menaces (insectes, mauvaises herbes, maladies). Les produits phytosanitaires nécessaires pour mettre en œuvre cette stratégie sont ensuite commercialisés par la coopérative ou le négoce qui emploie ces techniciens (voir encadré ci-dessous).

Une expérimentation à échelle restreinte
Ségolène Royal veut découpler ces deux rôles, conseil et vente. Elle a profité du lancement de sa campagne « Zéro pesticide », le 14 février à Paris, pour annoncer que quatre coopératives avaient accepté d'expérimenter le principe du « conseil indépendant ». Situées dans quatre zones différentes (Ouest, Paca, Centre et Hauts de France), avec des productions principales variées (grandes cultures, viticulture, cultures spécialisées) les coopératives vont mobiliser 32 agriculteurs au total pour ce test à échelle restreinte.

Dans chaque cas, un groupe d'agriculteurs « témoins » travaillera avec le conseiller habituel de la coopérative, tandis que les autres auront recours à un conseiller indépendant. Les attendus de cette expérimentation : un suivi d'indicateurs liés aux pratiques et aux résultats des exploitations, et le témoignage des agriculteurs.

Royal-Le Foll : deux approches différentes
Si Ségolène Royal espère prouver que cette formule peut permettre de maintenir une agriculture productive tout en limitant les ventes et usages de pesticides, la posture de Stéphane Le Foll est différente. Le ministre de l'Agriculture souhaite laisser aux distributeurs leur rôle de conseiller, tout en les responsabilisant via des « Certificats d'économie de produits phytopharmaceutiques » (CEPP). En clair : demander aux coopératives et négoces de réduire de 20 % leurs ventes de pesticides, en mettant en avant des solutions alternatives… et les sanctionner financièrement s'ils ne tiennent pas cet objectif.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *