Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Pesticides, le Conseil d’État veut des textes plus stricts pour la protection des riverains

Politique

Julien Denormandie acte la fin du broyage des poussins mâles en 2022

Filières

Huiles essentielles, une nouvelle réglementation menace la filière

Alimentation

Planet-score, le nouvel affichage environnemental de l’Itab et des ONG

Bio

Bio, le marché augmente de 10,4 % en 2020

Alimentation

Planet-score, le nouvel affichage environnemental de l’Itab et des ONG

En réponse à l’appel à projets pour l’élaboration d’un affichage environnemental dans le cadre de la loi Climat, seize ONG et acteurs de l’agriculture biologique ont présenté, le 8 juillet, le Planet-score. D’après elles, il corrige les lacunes et les biais de la méthode utilisée par le ministère de la Transition écologique et l’Agence de la Transition écologique (Ademe), basée sur l’analyse du cycle de vie (ACV).

Par Romane Gentil - Publié le 15/07/2021 à 14:25

Commenter

Partager :

Le 8 juillet, seize ONG et acteurs de l’agriculture biologique (dont l’Institut de l’Agriculture et de l’Alimentation biologiques, Itab) ont présenté une proposition d’affichage environnemental : le Planet-score. Cette démarche est une réponse à l’appel à projets du ministère de la Transition écologique et de l’Ademe, pour l’élaboration d’un affichage environnemental, dans le cadre de la loi Climat. Le Planet-score a pour objectif principal d’améliorer l’affichage des impacts environnementaux des produits agricoles et alimentaires, basé sur l’analyse du cycle de vie (ACV) et qui, selon l’Itab et ses partenaires, contient de nombreux biais et lacunes.

Un affichage proche du Nutri-score

En pratique, le Planet-score prévoit d’afficher un score de A à E, comme c’est le cas pour le Nutri-score, en détaillant plus précisément les impacts pour les trois rubriques « pesticides », « biodiversité » et « climat ». Il contient également une mention pour le bien-être animal.  L’indicateur prend ainsi en compte la toxicité des pesticides pour les consommateurs et les écosystèmes, l’utilisation des ressources, et l’impact sur le climat. Ces éléments n’étaient pas ou mal intégrés jusqu’à présent dans la méthode issue de l’ACV.

81% des consommateurs seraient influencés par le Planet-score

Pour mettre en place le Planet-score, l’Itab et ses partenaires ont fait appel au travail d’experts scientifiques, qui ont notamment ajouté des indicateurs complémentaires, et actualisé les données de la méthode de l’ACV. D’après ses créateurs, le résultat serait « une proposition d’affichage environnemental solide du point de vue scientifique et qui permettrait aux consommateurs d’identifier facilement les différents impacts environnementaux des aliments ». Par exemple, il noterait mieux le lait d’alpage que le lait issu de vaches en conduite intensive, et ferait de même pour les pommes biologiques par rapport aux pommes conventionnelles, à l’inverse des résultats actuels. Et l’indicateur devrait fonctionner : selon l’étude réalisée par les organisations impliquées, 81% des consommateurs seraient influencés par le Planet-score.

Ils vous intéresseront peut-être

2 réponses sur “Planet-score, le nouvel affichage environnemental de l’Itab et des ONG”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *