Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Energie

Le ciel se dégage pour l’agrivoltaïsme

Alimentation

JO 2024, la France veut une alimentation locale et durable

Initiative

Portrait – Magali Ardiley, médiatrice d’un bon voisinage

Élevage

Portrait – Nicolas de Boishebert, J’irai couver chez vous

Politique

« Une femme à la tête de la FNSEA, un progrès que je n’imaginais pas dans les années 80 », Édith Cresson

Élevage

Portrait – Nicolas de Boishebert, J’irai couver chez vous

Pour ramener de la ruralité dans les collectivités, Nicolas de Boishebert a lancé, en octobre 2021, son entreprise Côté Volailles. Son principe : installer des petites fermes dans des écoles, des établissements de santé ou des entreprises. De premiers contrats ont été signés en fin d'année dernière. L'ambition, pour 2022, est désormais de faire monter en puissance le concept.

Par Laure Hänggi - Publié le 15/07/2022 à 15:15

Commenter

Partager :

« L’objectif du projet est de parler différemment d’agriculture, de remettre en contact les citoyens avec ce milieu, en installant des petits espaces vitrines, qui peuvent servir de support de communication. » Ancien salarié du secteur agroalimentaire et coopératif, Nicolas de Boishebert a lancé, en octobre 2021, son entreprise Côté Volailles. Le principe est inédit : installer des mini-fermes au cœur des villes, à l’image des basse cours, dont l’entreprise assure ensuite l’entretien. « L’idée est de mettre notre temps et nos connaissances à disposition de personnes qui auraient l’envie de monter de tels projets, mais ne le font pas car cela leur paraît trop chronophage et difficile à gérer en interne », explique le fondateur de l’entreprise.

Pour ramener de la ruralité dans les collectivités, Nicolas de Boishebert a lancé, en octobre 2021, son entreprise Côté Volailles. Son principe : installer des petites fermes dans des écoles, des établissements de santé ou des entreprises. De premiers contrats ont été signés en fin d'année dernière. L'ambition, pour 2022, est désormais de faire monter en puissance le concept.
Nicolas de Boishebert a lancé, en octobre 2021, son entreprise
Côté Volailles.

Valorisation de races rustiques

Ces espaces sont faits pour être très autonomes, car Nicolas de Boishebert et ses équipes ne peuvent s’y présenter tous les jours. « Nous travaillons avec des races rustiques et anciennes bien adaptées au climat, en effet, elles passent une partie de l’année en extérieur, souligne le créateur de Côté Volailles. Cela permet aussi de préserver le patrimoine local. » L’ensemble des productions des mini-fermes sont à la disposition du client. Les œufs, volailles, lapins… peuvent être distribués aux habitants, aux salariés ou aux résidents. L’ensemble des soins est fourni par Côté Volailles.

Trois types de clients

Pour mieux cerner la cible potentielle de structures intéressées, Nicolas de Boishebert a réalisé une étude de marché, en partenariat avec des étudiants de la NEOMA Business School à Rouen. « Nous avons identifié plusieurs types de clients : les centres médico-sociaux, les écoles et les crèches, les bailleurs et les structures privées, indique-t-il. Chacun a des attentes différentes, mais ils recherchent tous de l’interaction et du partage. Des premiers contrats ont été signés fin 2021, avec une maison de retraite, une clinique et une entreprise. D’autres contacts ont d’ores et déjà été pris.

Développer le concept et embaucher

Pour Nicolas de Boishebert, l’objectif premier reste avant tout de faire connaître son concept. Pour l’heure, celui-ci rayonne sur une zone couvrant la Seine-Maritime (76), l’Eure (27) et le nord de la région
parisienne. Pour élargir ce territoire, l’entrepreneur réfléchit déjà à faire évoluer son concept. « Pour
couvrir plus de terrain, l’idée serait de développer une offre incluant la création avec la structure cliente,
de la ferme, son installation, du conseil et un accompagnement sur trois mois, détaille Nicolas de
Boishebert. Pour gérer la partie entretien, il faudra embaucher. L’ambition est vraiment de créer de
l’emploi et de développer ce concept. »

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.