Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Initiative

Portrait – Magali Ardiley, médiatrice d’un bon voisinage

Élevage

Portrait – Nicolas de Boishebert, J’irai couver chez vous

Politique

« Une femme à la tête de la FNSEA, un progrès que je n’imaginais pas dans les années 80 », Édith Cresson

Politique

Pesticides et biodiversité, la Commission européenne veut renforcer son action pour atteindre ses objectifs en 2030

Initiative

« Portrait – Rémi Dumas, chasseur de tête »

Alimentation

Pour faire face à ses condamnations, Yuka lance une cagnotte

L’application Yuka, condamnée pour la troisième fois de l’année, le 24 septembre, pour « pratiques trompeuses et dénigrement », a annoncé, le même jour, faire appel de la décision du tribunal de Brive-la-Gaillarde. Condamnée à verser 20 000€, pour avoir classé les nitrites des charcuteries comme « additifs cancérigènes » et « génotoxiques » elle a lancé une cagnotte en ligne, afin que les citoyens puissent l’aider financièrement.

Par Romane Gentil - Publié le 29/09/2021 à 15:41

Commenter

Partager :

L’application Yuka a annoncé, le 24 septembre, faire appel de sa condamnation par le tribunal de commerce de Brive-la-Gaillarde, pour « pratiques trompeuses et dénigrement ». Elle avait été attaquée par l’entreprise « Le mont de la coste », pour avoir classé les nitrites des charcuteries comme “additifs cancérigènes” et “génotoxiques ». Elle est ainsi contrainte à verser 20 000€, ainsi qu’à « retirer la mention précisant que les nitrites sont cancérigènes et génotoxiques » sur l’application. Afin de faire appel au soutien des citoyens pour payer l’amende, l’application a lancé une cagnotte en ligne.

« Notre volonté de rendre le secteur de l’agroalimentaire plus transparent »

Pour l’application, qui avait lancé un éco-score en janvier 2021, c’est une année difficile. En mai dernier, le tribunal de commerce de Paris l’avait condamnée pour les mêmes raisons, suite à une plainte de la Fédération française des industriels charcutiers traiteurs. Elle a également connu le même sort face au fabricant de charcuterie ABC Industries, début septembre. Pour Julie Chapon, co-fondatrice de Yuka : « Ce sont des procédures baillons, qui visent à nous faire mettre la clé sous la porte, mais notre volonté d’informer les consommateurs sur les risques inhérents aux nitrites et de pousser les industriels à être plus responsables reste inchangée ». L’application tient également à rappeler le classement de la charcuterie comme cancérigène certain par l’OMS, et des nitrites comme cancérigènes probables. « Notre volonté de rendre le secteur de l’agroalimentaire plus transparent et de pousser les industriels à améliorer la composition de leurs produits reste intacte. »

95 000 € de condamnation

Dans ce contexte, Yuka a lancé une cagnotte de soutien en ligne. En effet, ajoutée aux peines de l’année, l’application doit verser au total un montant de 95 000 euros. « L’entreprise, qui était à l’équilibre financier depuis un an et demi, est désormais obligée de puiser dans sa trésorerie depuis le début de cette bataille judiciaire », alerte Julie Chapon.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.