Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Pesticides et biodiversité, la Commission européenne veut renforcer son action pour atteindre ses objectifs en 2030

Initiative

« Portrait – Rémi Dumas, chasseur de tête »

Alimentation

Les chèques alimentaires peuvent-ils conjuguer pouvoir d’achat et made in France ?

Alimentation

En dépassant les 2 milliards d’euros de vente, le commerce équitable franchit un cap inédit en France

Élevage

Réchauffement climatique, la poule déploie ses allèles

Bio

Pour informer et reconquérir le consommateur, le bio communique

En investissant un million d'euros dans une campagne de communication nationale, la filière bio entend répondre aux questionnements, et besoin d'information exprimés par le consommateur. Mais aussi consolider sa position de signature durable « dominante », challengée depuis quelques mois.

Par Eloi Pailloux - Publié le 02/06/2022 à 09:59

Commenter

Partager :

Peut-être avez-vous déjà entendu un spot à la radio, ou aperçu une bannière sur le web ? Les acteurs de la filière bio ont donné, le 30 mai, le coup d’envoi d’une grande campagne de communication autour d’un slogan : « Pour nous et pour la planète, #BioRéflexe ». L’Agence Bio est à la baguette, avec le soutien du ministère de l’Agriculture, et en partenariat avec différentes interprofessions agricoles, notamment celle des filières lait, miel, céréales, fruits et légumes, œuf ou encore volailles sous signe de qualité.

Les contrôles, gage de sérieux mis en avant

Plusieurs messages-clés sont mise en avant : les bienfaits des pratiques bio pour la biodiversité, l’absence d’utilisation de pesticides de synthèse, et le fait que les agriculteurs soient audités une fois par an. Des sujets qui ne doivent rien au hasard. Si l’atout « zéro pesticides de synthèse » est historiquement mis en avant, ce n’est pas le cas du sérieux des contrôles dans la filière. En soulignant cet aspect, l’Agence Bio rebondit sur les enseignements remontés par le baromètre de la consommation bio publié en mars dernier, révélant les questionnements des consommateurs à ce sujet.

Derrière des enjeux de communication, l’objectif est aussi économique. Le bio est en effet challengé, dans les caddies des ménages, par l’émergence d’autres signatures durables. La communication a été identifiée comme un moyen d’inverser la tendance. Un million d’euros ont été investis dans cette campagne.

https://twitter.com/Interfel/status/1531311081162956800

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.