Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

La baguette à 29 centimes de Leclerc ne passe pas au sein du secteur agricole

Élevage

Élevages d’insectes, un secteur qui grouille de perspectives

Politique

12 M€ supplémentaires par an pour prévenir le mal-être des agriculteurs

Pesticides

Le Gouvernement présente son plan pollinisateurs pour les cinq prochaines années

Politique

Innovation, 877,5 M€ mobilisés pour l’agroécologie et l’alimentation durable

Précision et confort

Après deux ans d’utilisation, André Quesne, agriculteur en polyculture-élevage, ne reviendrait pas sur son investissement dans son système de guidage par satellite. Simple d’utilisation, il est aussi polyvalent, l’exploitant l’employant également pour faire les déclarations de surfaces pour la Pac.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 20/11/2004 à 00:00

Commenter

Partager :

Située à Saint-Calais-du-Désert, dans le nord de la Mayenne, l’exploitation d’André Quesne se partage entre productions bovines (lait et viande) et céréales. Les 95 ha se répartissent entre 35 ha de céréales et protéagineux (lupin), 20 ha de maïs, et les pâturages. Guénaël, le fils, travaille à mi-temps sur l’exploitation. C’est sur sa demande qu’André Quesne a investi dans un outil de guidage par satellite de marque Satplan.

“C’est un voisin agriculteur et également revendeur de ce genre d’outils qui m’a proposé un appareil de démonstration, il y a deux ans”, précise André Quesne. Près d’un an après la première proposition, l’agriculteur s’est enfin décidé à acheter l’appareil.

Ce dernier entame sa deuxième année de fonctionnement au sein de l’exploitation. Il se compose d’un pocket PC connecté à une antenne dGPS recevant le signal Egnos, fixée sur le capot du tracteur par un aimant. Le pocket PC est placé sur un support qui se colle sur le pare-brise avec une ventouse et son alimentation électrique s’effectue grâce à la prise allume-cigare. “Il doit être branché soit à l’allume-cigare, soit à une prise électrique en permanence, afin de garder les données en mémoire, car la durée de vie de la batterie du pocket PC est courte, ce qui n’est plus le cas des modèles plus récents”, ajoute André Quesne.

Le logiciel de guidage intégré a permis de gagner pas mal de temps, notamment pour les traitements à l’herbicide ou l’épandage d’engrais sur les pâtures ou sur le labour. “Il n’est plus nécessaire d’être à deux pour épandre le glyphosate, l’un à jalonner, l’autre à pulvériser, apprécie André Quesne. Quant aux engrais, être précis dans les pâtures n’était pas chose facile. Pour peu qu’il y ait une courbe dans la trajectoire et on se retrouve à quelques mètres du passage précédent au lieu des 21 m. On voyait apparaître des vagues dans les pâtures. Avant j’achetais 10 ou 15 % d’engrais en plus, ce qui n’est plus le cas depuis que nous utilisons le système de guidage. Et l’herbe pousse plus régulièrement”.

Il est également possible de marquer un ou plusieurs point(s) dans la parcelle. “Récemment, rappelle André Quesne, mon fils a terminé un épandeur en plein milieu d’une parcelle. Devant s’absenter, il a placé un drapeau sur l’ordinateur pour marquer l’emplacement où il avait fini. Je l’ai remplacé et, lorsque je suis revenu avec l’épandeur suivant, le pocket PC m’a indiqué l’endroit exact où mon fils s’était arrêté.”

Un confort lorsqu’on travaille à plusieurs

Notons que le pocket PC fait également dictaphone. “J’enregistre oralement tout ce que je fais comme traitement sur mes parcelles, en précisant la date, explique Guénaël Quesne. Et il se pourrait que l’on y intègre également un logiciel de gestion du troupeau.”

Guénaël et André Quesne, agriculteurs en Mayenne : “Le guidage par satellite apporte un réel confort. On se sent plus sûr de nous lorsqu’on épand de l’engrais sur une pâture.”

 

Quant à l’aspect économique, André Quesne estime ne pas avoir rentabilisé l’achat de l’appareil pour l’instant : neuf, l’ensemble est proposé à 3 650 euros HT. Mais le confort apporté en vaut la chandelle.

L’ordinateur de poche dispose également d’un logiciel d’arpentage. “C’est utile pour effectuer les déclarations Pac, déclare Guénaël Quesne. Cela permet de connaître exactement les surfaces de bandes enherbées, de jachère ou des différentes cultures, par exemple, lorsqu’on coupe une parcelle en deux. Cette année, on a consacré une partie humide d’une parcelle habituellement en maïs pour la jachère. Mesurer sa surface a été chose facile, chose que l’on ne se serait pas permise auparavant.”

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *