Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Pesticides et biodiversité, la Commission européenne veut renforcer son action pour atteindre ses objectifs en 2030

Initiative

« Portrait – Rémi Dumas, chasseur de tête »

Alimentation

Les chèques alimentaires peuvent-ils conjuguer pouvoir d’achat et made in France ?

Alimentation

En dépassant les 2 milliards d’euros de vente, le commerce équitable franchit un cap inédit en France

Élevage

Réchauffement climatique, la poule déploie ses allèles

Politique

Présidentielles, pour qui souhaitent voter les agriculteurs ?

Par Eloi Pailloux - Publié le 30/03/2022 à 15:29

Commenter

Partager :

À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, les sondages se multiplient. Le syndicat agricole majoritaire, la FNSEA, s’est prêté à cet exercice, commandant à l’Ifop une analyse des intentions de vote des agriculteurs. Réalisé auprès de 1500 agriculteurs représentatifs des exploitations agricoles françaises, du 24 février au 14 mars 2022, le sondage place Emmanuel Macron en première place au premier tour, avec 30 % des voix. Suivent Valérie Pécresse (13 %), Éric Zemmour (12 %), Marine Le Pen (11 %), Jean-Luc Mélenchon (9 %), Jean Lassalle (8 %) et Yannick Jadot (7 %). Les candidats à moins de 5 % chez les exploitants sont Nicolas Dupont-Aignan (3 %), Philippe Poutou, Fabien Roussel et Anne Hidalgo (1 %). Les intentions des agriculteurs se démarquent de celles la population française surtout pour trois candidats : ils se positionnent moins en faveur de Marine Le Pen (-7,5 %) et Jean-Luc Mélenchon (-5 %), mais davantage pour Jean Lasalle (+ 5 %).

Et le deuxième tour ? Trois scénarios ont été envisagés : tous donnent Emmanuel Macron vainqueur, avec 65 % contre Valérie Pécresse (35 %), 70 % contre Marine Le Pen (30 %), et 74 % contre Éric Zemmour (26 %).
 
Le sondage met également en avant les trois principales préoccupations des agriculteurs : les conditions d’une meilleure rémunération, l’allégement des contraintes qui impactent la compétitivité de l’agriculture, et l’accessibilité pour tous « au manger français ».

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.