Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Educ’Agrifood, lancement d’une consultation nationale sur l’éducation à l’alimentation

Bio

Malgré la crise sanitaire, les consommateurs de bio toujours au rendez-vous

Politique

Le Conseil d’Etat juge « illégal » l’étiquetage de l’origine du lait

Labels

Zéro résidu de pesticides, des ventes en hausse en 2020

Initiative

Un tour de France en tracteur pour rencontrer les « agri’novateurs »

Politique

Projet loi climat, de premières mesures pour l’agriculture et l’alimentation

Issu des propositions de la Convention citoyenne sur le climat, le projet de loi « Climat » comporte plusieurs dispositions relatives aux secteurs agricole et alimentaire. Le texte sera présenté le 20 janvier au Conseil des ministres avant d’être débattu fin mars à l’Assemblée nationale.

Par Laure Hänggi - Publié le 14/01/2021 à 11:51

Commenter

Partager :

Plus de six mois après la transmission à l’Exécutif des 150 propositions de la Convention citoyenne pour le climat, le projet de loi « portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets » est dans les clous. Le document compte 65 articles liés aux cinq grands secteurs sur lesquels s’étaient penchés pendant plusieurs mois les membres de la Convention : consommer, produire et travailler, se déplacer, se loger et se nourrir. Ce dernier pôle comprend plusieurs mesures concernant plus précisément les secteur agricole et de l’alimentation.

Confirmation des arbitrages du ministère

Les mesures concernant l’agriculture et l’alimentation avaient en partie déjà été annoncées en décembre dernier par le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, lors de la présentation des premiers arbitrages. C’est le cas de l’expérimentation dans les collectivités volontaires d’une alternative végétarienne quotidienne dans les cantines, la compatibilité du Plan stratégique national (PSN) avec diverses stratégies nationales, ou encore la remise à plus de l’instauration d’une redevance pour les engrais a été remise à plus tard. Comme le précise le document, celle-ci ne serait mise en place qu’en 2024, à condition que les objectifs de réduction des émissions de protoxyde d’azote et d’ammoniac du secteur agricole des deux années précédents n’aient pas été tenus, et si une taxation des engrais azotés minéraux n’a pas été mise en place au niveau européen d’ici là. Le projet de loi souligne par ailleurs l’intention étatique de structurer le développement des circuits courts et des projets alimentaires territoriaux, dont l’enveloppe a été largement revalorisée dans le cadre du plan de relance, à hauteur de 80 M€.

Lutte contre l’artificialisation des sols

Autre priorité du projet de loi, la division par deux au cours de la prochaine décennie du rythme de l’artificialisation des sols, avec toujours comme objectif final le zéro artificialisation nette. Six longs articles y sont consacrés. « Il ne peut prévoir l’ouverture à l’urbanisation d’espaces naturels, agricoles ou forestiers que s’il est justifié que la capacité de construire ou d’aménager est déjà mobilisée dans les espaces déjà urbanisés », est-il ainsi précisé. Des rapports sur l’artificialisation des sols devront être réalisés chaque année au niveau communal, puis transmis aux présidents des départements et régions.

Affichage environnemental et vente en vrac

En ce qui concerne le volet « consommer », le projet de loi acte la mise en place d’un affichage environnemental obligatoire pour une série de biens et services, devant faire ressortir « de façon claire et facilement compréhensible pour les consommateurs, l’impact sur le climat des biens et services sur l’ensemble de leur cycle de vie ». Le texte précise : « pour chaque catégorie de biens et services concernés, la méthodologie à utiliser ainsi que les modalités d’affichage sont définies par décret. Ces décrets sont élaborés dans un délai maximum de cinq ans, après une phase d’expérimentation pour chaque catégorie de biens et services ».

Enfin, le projet de loi fixe l’objectif fixe l’objectif, dans les commerces de plus de 400 m², de 20 % des surfaces consacrées à la vente en vrac d’ici à 2030.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *