Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Energie

Le ciel se dégage pour l’agrivoltaïsme

Alimentation

JO 2024, la France veut une alimentation locale et durable

Initiative

Portrait – Magali Ardiley, médiatrice d’un bon voisinage

Élevage

Portrait – Nicolas de Boishebert, J’irai couver chez vous

Politique

« Une femme à la tête de la FNSEA, un progrès que je n’imaginais pas dans les années 80 », Édith Cresson

modes-de-production

Agrivoltaïsme, la production d’énergie solaire au service de l’agriculture

Combiner productions agricole et énergétique sur une même surface ? C’est possible grâce à l’agrivoltaïsme, une pratique de plus en plus encouragée. Explications.

Par Eugénie Bourgeois - Publié le 26/01/2022 à 15:13

Commenter

Partager :

Les sénateurs ont voté début janvier une résolution sur l’agrivoltaïsme, un dispositif qui comprend des panneaux solaires amovibles et orientables installés dans les champs au-dessus des cultures. Ceux-ci laissent passer une partie de la lumière du soleil nécessaire à la croissance des végétaux. L’objectif est de développer cette pratique en priorisant l’agriculture par rapport à la production d’énergie.

LES PANNEAUX SOLAIRES COMME APPUI AUX CULTURES

En plus de produire de l’énergie, les panneaux protègent les cultures et permettent d’améliorer les rendements. En effet, ils aident à lutter contre la sécheresse en été en faisant de l’ombre et le gel en hiver en conservant la chaleur du sol emmagasinée la journée. Ils peuvent également être utilisés pour tendre des filets anti-grêle, ou encore récupérer une partie de l’eau de pluie pour la stocker.

Si toutes les cultures ne sont pas adaptées à l’agrivoltaïsme, certaines se prêtent particulièrement à ces installations, comme la vigne, les cultures fruitières et le maraîchage. Ces cultures sont assez fragiles et bénéficient donc de la présence des panneaux solaires.

DES DISPOSITIFS ENCOURAGÉS 

Le 4 janvier dernier, les sénateurs votaient une résolution visant à développer cette pratique. Dans la foulée, le label « Projet agrivoltaïque » a été créé par l’Afnor pour certifier les projets mettant la priorité sur la production agricole. En effet, l’agrivoltaïsme se distingue des fermes solaires, dans lesquelles des surfaces sont entièrement dédiées à la production d’énergie, au détriment des cultures. L’objectif est donc de conserver la vocation première de l’agriculture : produire des aliments, la production d’électricité restant secondaire. À travers cette résolution, les sénateurs émettent également le souhait de voir l’agrivoltaïsme intégré à la Pac. Toutefois, une résolution n’ayant déjà pas de caractère contraignant pour le gouvernement français, difficile d’évaluer son poids sur une politique d’ampleur européenne.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.