Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Cultures

La lavande a pratiquement doublé ses surfaces françaises en dix ans

Abeilles

Un projet de décret éclaircit l’origine des différents miels en cas de mélange

Modes de production

Coup de froid pour les partisans des serres chauffées en bio

Modes de production

Serres chauffées en bio, ultimes passes d’armes entre partisans et opposants avant la décision de l’Inao

Alimentation

Restauration collective, Montreuil (93) veut 70 % de bio dans les assiettes

Cantines, les produits « de qualité et durables » à intégrer aux menus sont officiellement définis

La loi Égalim rend obligatoire l'intégration de « 50 % d'aliments de qualité et durables » dans l'approvisionnement de la restauration collective publique, à partir de 2022. La définition officielle de la nature de ces aliments est désormais inscrite dans la loi française, via un décret publié le 24 avril 2019.

Par Eloi Pailloux - Publié le 25/04/2019 à 15:33

Commenter

Partager :

Qu’est-ce qu’un aliment « de qualité et durable » ? Une vaste question qui a fait débat ces dernières semaines, alors qu’un décret d’application de la loi Égalim était en cours de rédaction. Ce décret, publié le 24 avril, tranche la question, et définit les aliments qui pourront intégrer les 50 % d’aliments « de qualité et durable » que la restauration collective devra impérativement proposer à partir de 2022.

Les SIQO à l’honneur

Dans la liste des critères retenus, l’ensemble des signes de qualité et d’origine (SIQO) reconnus par la puissance publique. À commencer par le bio, qui devra labelliser 20 % des aliments servis dans les établissements. Les 30 % restant comprennent les appellations d’origine, les indications géographiques, les spécialités traditionnelles garanties. Également éligibles : les mentions « fermier », « produit de la ferme » ou « produit à la ferme », pour les produits pour lesquels existe une définition réglementaire des conditions de production.

Pas de démarches de qualité « privées » sur la liste

La mention « issu d’une exploitation de haute valeur environnementale » complète cette liste. Cette HVE est le niveau 3 de la certification environnementale, dont le niveau 2, moins exigeant, est également éligible dans les « 50 % », mais seulement jusqu’au 31 décembre 2029.

Les démarches de qualité « privées » n’entrent donc pas dans ce périmètre, au détriment de certains porteurs de projets. C’est notamment le cas des responsables de Bleu-Blanc-Cœur, qui avaient publié un manifeste pour que cette filière soit reconnue par la loi.

Décret publié pour définir les produits sous signe de qualité qui alimenteront la #RestaurationCollective au 1er janvier 2022.
Engagement tenu de la loi #EGalim et formidable levier de progrès pour améliorer la qualité de nos assiettes! pic.twitter.com/HmzQMbEmYT

— Didier GUILLAUME (@dguillaume26) 25 avril 2019

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *