Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Communication

Les laiteries ouvrent leurs portes au grand public jusqu’au 5 juin

Politique

Bio, bien-être animal, OGM, pesticides… l’opinion des Français éclairée par un sondage

Labels

Le commerce équitable connaît une croissance « exceptionnelle » en 2018

Biodiversité

Un rapport d’experts alerte sur l’érosion de la biodiversité (IPBES)

Communication

Agriculture et fake news scientifiques, une tendance difficile à enrayer

biodiversite

Comment évaluer économiquement les services écosystémiques rendus par l’agriculture ?

Identifier et évaluer les services rendus par un écosystème agricole : une manière de valoriser l'activité du secteur, mais surtout une discipline qui s'avère très complexe. L'Institut national de la recherche agronomique (Inra) explore le sujet.

Par Eloi Pailloux - Publié le 03/01/2019 à 16:29

Commenter

Partager :

Souvent pointé du doigt pour son impact sur l’environnement, le secteur agricole peut également revendiquer des externalités positives. La sphère politique le reconnaît. Emmanuel Macron a confirmé, au démarrage de son mandat, qu’il destinait 200 M€ à l’agriculture, en rétribution des services rendus par ses écosystèmes.

Des services rendus aux bénéficiaires variés

La pollinisation est l’un des services que les écosystèmes agricoles se rendent « à eux-mêmes ». Certaines études évaluent sa valeur à 2 milliards d’euros par an pour la France.

Évaluer ce type de services reste une démarche complexe. L’Institut national de la recherche agronomique (Inra) s’est précisément penché sur la question, de 2014 à 2017, à travers un vaste travail bibliographique et analytique portant sur les documents scientifiques existants. Cette étude a permis d’investiguer quatorze types de services répertoriés en deux catégories selon leurs bénéficiaires : la société, ou l’agriculteur lui-même.

Par exemple, quand le producteur sème des légumineuses, cultures capables de stocker l’azote atmosphérique dans le sol, il rend un service à la culture qui suit, laquelle profitera de cet azote pour sa propre croissance, limitant d’autant la nécessité de fertilisation azotée. Le stockage de carbone dans le sol par l’ensemble des plantes cultivées, en revanche, profite à tous. Il compense en partie les émissions de gaz à effet de serre générant le changement climatique.

Tout n’est pas chiffrable en euros

Reste à chiffrer la valeur de ces services. Des simulations permettent d’évaluer les économies « générées » par l’écosystème agricole lorsqu’il contribue à l’approvisionnement des plantes en eau et en azote : près de 5 milliards d’euros par an en France pour le blé, un peu plus d’un milliard d’euros pour l’orge ou le maïs. L’exercice n’est toutefois pas applicable à tous les services. « Il est possible de mesurer la manière dont un écosystème purifie l’eau en jouant le rôle de filtre, illustre Jean-Michel Salles, du CNRS. Mais le lien entre ce chiffre et la qualité de l’eau n’est pas mathématique. À ce stade, on ne peut pas chiffrer ce phénomène en euros. »

Ne pas négliger la biodiversité « inutile »

« Nous ne sommes qu’au début de la démarche, conclut Philippe Mauguin, PDG de l’Inra. Il est nécessaire d’affiner ces évaluations, notamment pour les élevages, et de raisonner davantage par bouquets de services. » La conclusion de l’étude spécifie par ailleurs que le service écosystémique n’a pas pour vocation d’être l’unique outil de gestion des territoires agricoles : évaluer un milieu uniquement par les services qu’il rend pourrait en effet conduire à négliger des espèces « peu utiles » mais qu’il importe de préserver, notamment pour des raisons patrimoniales.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *