Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Biodiversité

La biodiversité européenne continue de décliner de manière « continue et préoccupante »

Cultures

L’Occitanie avance sur la structuration de la filière légumineuses

Alimentation

Agribalyse souligne les limites de l’impact environnemental de l’alimentation

Modes de production

Ynsect construit la plus grande ferme verticale du monde

Politique

Betterave, les députés valident des dérogations pour les néonicotinoïdes

Face au défi du renouvellement des générations, des profils d’agriculteurs en pleine mutation

Alors que près de la moitié des agriculteurs auront cessé leur activité d’ici à 2026, l’enjeu du renouvellement des générations devient de plus en plus pressant. Pourtant le milieu attire, notamment des profils qui se diversifient : installation plus tardive, en agriculture biologique etc. Dans ce contexte, le Cese a formulé 19 propositions pour faciliter l’installation dans les années à venir.

Par Laure Hänggi - Publié le 18/06/2020 à 17:58

Commenter

Partager :

Bien qu’au cœur de profondes interrogations, les pratiques agricoles sont un levier de taille pour déployer la transition agroécologique. Mais encore faut-il que les agriculteurs soient assez nombreux pour soutenir cet effort. En effet, un quart des exploitations auront disparu d’ici à cinq ans. Le chiffre monte à 46 % en ce qui concerne les agriculteurs qui partiront à la retraite d’ici à 2026. Pour l’heure, le rythme des installations n’est pas assez rapide pour compenser la fonte du nombre d’exploitants. Les 13 925 installations de 2018 n’ont ainsi couvert que deux tiers des 20 000 cessations d’activité ayant lieu chaque année.

24,6 % des installations en agriculture biologique

Pourtant, des dynamiques sont à souligner. Par exemple, les installations en production maraîchère ou dans les circuits courts ont doublé, pour atteindre 8 %. Surtout, les profils des agriculteurs connaissent de grandes évolutions. En 2018, 31 % des nouveaux installés avaient plus de 40 ans, et 30 % étaient des femmes. Autre chiffre à souligner : 24,6 % de ces installations se sont faites en agriculture biologique. Cela se ressent sur la production biologique, qui a doublé en cinq ans. Aujourd’hui, 41 600 fermes, soit 9,5 %, sont concernées par l’agriculture biologique. Malgré cette progression, les objectifs sont encore loin d’être atteint en la matière. La loi issue des EGA fixe l’ambition d’avoir 15 % de la SAU en bio en 2022, pour 7,5 % actuellement.

Des préconisations pour favoriser les installations

Dans ce contexte, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) s’est saisi de l’enjeu du renouvellement des générations. Dans un avis intitulé « Entre transmettre et s’installer, l’avenir de l’agriculture ! », adopté le 9 juin, l’instance formule 19 préconisations pour faciliter les installations agricoles. Parmi les mesures listées, se trouvent par exemple : l’amplification de l’action des collectivités territoriales, le développement d’outils financiers pour inciter à l’installation, l’élaboration d’un cahier des charges national pour concevoir des formations « amont », l’encouragement du droit à l’essai, la prise en charge des coûts de certification agriculture biologique, ou l’adoption d’une loi foncière. Les syndicats agricoles ont salué l’adoption de ce texte, tout en restant néanmoins mitigés sur certaines préconisations, et en regrettant que la promotion des métiers agricoles n’y figure pas.

Ils vous intéresseront peut-être

Une pensée sur “Face au défi du renouvellement des générations, des profils d’agriculteurs en pleine mutation”

Répondre à Mehouas Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *