Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Initiative

Bien-être animal, de plus en plus d’acteurs s’investissent dans un système d’étiquetage

Labels

La génération Y veut des aliments qui ont du sens, sans plébisciter le bio

Labels

Un label spécifique pour mettre en lumière l’agriculture de conservation des sols

Élevage

Guillaume annonce la fin de la castration des porcelets et du broyage des poussins pour 2021

Pesticides

Derrière la hausse des ventes de pesticides en 2018, plusieurs explications et tendances

modes-de-production

Le bio est-il compatible avec la production sous serres chauffées ?

L'opposition est marquée, au sein du monde agricole. L'utilisation de serres chauffées en bio, pour le moment autorisée, est en sursis. Les partisans de l'interdiction de cette pratique et ses opposants avancent leurs arguments. Explications.

Par Eloi Pailloux - Publié le 29/05/2019 à 12:21

Commenter

Partager :

Compatible avec la bio, les serres chauffées pour produire des tomates ou des concombres ? C’est l’épineuse question à laquelle l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO) doit répondre, à travers son Comité national d’agriculture bio. Le verdict est attendu pour juillet, après avoir été déjà retardé à deux reprises, la dernière fois tout début avril 2019. Deux reports très mal vus par plusieurs acteurs de la filière bio, résolument opposés à cette pratique.

Des opposants, au nom des principes de la bio

Seules 38 serres chauffées seraient en fonctionnement aujourd’hui, sur plus de 8400 fermes maraîchères bio. Mais l’engouement pour le bio pourrait inciter certains opérateurs à la vulgariser. « Plus la décision d’interdiction est reportée, plus de nouveaux projets sortent de terre, et plus cela sera difficile de revenir en arrière, il faut agir maintenant », déplore Jean-Marc Lévêque, président du Synabio, le syndicat des entreprises agroalimentaires bio. Pour lui, comme pour la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab) ou encore Biocoop et diverses associations de consommateurs, chauffer des serres est profondément contre-nature en bio. « Ce serait clairement dévaloriser le label », affirme le président de la coopérative Norabio, Mathieu Lancry.

Des partisans, pour des raisons économiques et une moindre utilisation de cuivre

Mais leur avis n’est pas partagé par tous. L’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA) partage, le 29 mai lors d’un point presse, ses arguments en faveur de cette pratique, en présence notamment du président de l’interprofession des fruits et légumes, Interfel. « Une serre chauffée permet de déshumidifier l’air en réduisant la pression de certains ravageurs et de maladies comme le mildiou, évitant ainsi des traitements au cuivre », fait valoir l’APCA.

Maintenir un simple usage « antigel » ?

D’autres acteurs de la filière fruits et légumes avancent l’argument économique : hors-saison, les étals sont occupés par des produits venant de l’étranger, notamment d’Espagne. « L’objectif serait surtout de convaincre la distribution et les consommateurs du non-sens de proposer et consommer ces produits hors-saison, d’où qu’ils viennent », réagit Mathieu Lancry. Il espère toutefois que l’INAO confirmera la possibilité de chauffer les serres à 2 ou 3 °C, pour la culture de plants de salades par exemple, qui risque de geler sans cela. « Mais pas les serres de tomates ou de concombres à 15 ou 17 °C en plein hiver », insiste-t-il. Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), une tomate produite en France sous serre chauffée est responsable de quatre fois plus de gaz à effet de serre qu’une tomate importée d’Espagne et huit fois plus qu’une tomate produite en France en saison.

Ils vous intéresseront peut-être

3 réponses sur “Le bio est-il compatible avec la production sous serres chauffées ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *