Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
ÉconomieInitiative

Des agriculteurs bretons et mayennais à la recherche de financeurs pour rémunérer leurs services environnementaux

Initiative

Deux semaines à vélo pour des rencontres entre agriculteurs et consommateurs

Initiative

« Hectar propose des formations agricoles avec une approche projet », selon son directeur

Élevage

Alexis Phelut, finaliste des JO de Tokyo et agriculteur à temps partiel

Politique

Pesticides, le Conseil d’État veut des textes plus stricts pour la protection des riverains

modes-de-production

Protection des cultures, le bon curseur pour l’agroécologie

Comment les agriculteurs peuvent-ils contrôler les bio-agresseurs des cultures, s’adapter aux aléas et changements climatiques, répondre aux attentes sociétales tout en garantissant une alimentation à un prix abordable ? La diversité des agricultures, la formation des agriculteurs, le progrès scientifique, le cadre politique, soutiendront la transition agro-écologique du monde agricole. La réponse avec Christian Huyghe, directeur scientifique de l’Inra

Par Campagnes & Environnement - Publié le 23/06/2017 à 15:37

Commenter

Partager :

Pour accompagner la transition agroécologique, réduire les utilisations de pesticides, l’option réside dans un mix de solutions. « On ne résoudra rien en retirant toutes les autorisations sur le marché des produits phytosanitaires, illustre Christian Huygue, directeur scientifique de l’Inra. Ils doivent être utilisés à bon escient, dès lors que le recours à toutes les autres solutions comme le biocontrôle, l’agronomie, les innovations technologiques, biologiques ou génétiques ne fonctionnent pas ou partiellement, ou si de nouveaux bio-agresseurs apparaissent. »

 width=

Pose de capsules de confusion sexuelle dans le vignoble de Vouvray. Cette technique remplace l’utilisation d’insecticide contre les papillons ravageurs, eudemis et cochylis. © Terre-écos

Premier levier : l’effet d’entraînement. « Des travaux américains sur l’innovation montrent que si 15 % des individus sont convaincus, ils mobiliseront les autres, souligne le chercheur. En agriculture, nous sommes bien au début de cette dynamique. J’ai été frappé lors d’un récent colloque organisé par l’interprofession des producteurs de fruits et légumes par le nombre d’interrogations autour des changements de pratiques. »

Une bonne articulation entre les politiques publiques et la recherche, publique comme privée, constitue un élément-clé pour accompagner ces changements, avec en garde-fou le maintien de la production et du revenu des agriculteurs. « La réglementation donne le cadre, lequel favorise l’innovation, poursuit Christian Huyghe. Le plan

 width=

Christian Huyghe, Inra :
« Sortir de la dépendance aux pesticides grâce aux mix de solutions »

Écophyto qui vise 50 % de réduction des produits phytosanitaires en 2025, constitue le Code de la route, la vitesse à ne pas dépasser. Les Certificats d’économie des produits phytopharmaceutiques (CEPP), servent de radar ».

La performance de l’agriculture, garantie par le rendement, dont les pesticides ont longtemps été l’une des clés, n’est plus un raisonnement suffisant car les changements et aléas climatiques bouleversent la donne. D’autant que les rendements stagnent. « Le modèle de soutien de la Pac doit compenser ce risque d’aléas annuels et ne plus prendre la forme d’une prime unique », explique-t-il.

 

 

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *