Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Pesticides, le Conseil d’État veut des textes plus stricts pour la protection des riverains

Politique

Julien Denormandie acte la fin du broyage des poussins mâles en 2022

Filières

Huiles essentielles, une nouvelle réglementation menace la filière

Alimentation

Planet-score, le nouvel affichage environnemental de l’Itab et des ONG

Bio

Bio, le marché augmente de 10,4 % en 2020

alimentation

Quel poids de l’aliment dans l’impact environnemental ?

Quelle est la fonction de l’aliment : apporter du poids ou de la protéine ? Cette question plutôt simple d’apparence révèle la fragilité de l’évaluation actuelle des impacts environnementaux de l’alimentation. En voici un exemple avec l’impact sur le changement climatique.

Par Thomas Turini - Publié le 23/07/2020 à 13:35

Commenter

Partager :

Attention au poids ! Cette formule vaut pour la santé mais aussi pour l’environnement. C’est ce qu’a rappelé Jean-Yves Dourmad, chercheur à l’Inrae, lors d’un wébinaire organisé le 2 juillet par l’institut technique du porc, Ifip, sur l’impact environnemental de l’alimentation. « On peut réduire l’impact au poids de l’aliment, mais les menus seront moins riches, moins concentrés en nutriments. On va donc être amené à consommer plus d’aliments, ce qui induit un biais dans la façon dont l’information est perçue par le consommateur : il aura l’impression d’avoir bien réduit son impact par kilo de produits, mais en réalité l’effet sera bien moins intéressant, au regard de la quantité qu’il sera amené à manger pour atteindre ses besoins nutritionnels. »

Poids ou protéines ?

Cela pose la question de l’unité fonctionnelle, utilisée dans les analyses de cycle de vie (ACV) pour calculer les impacts environnementaux des aliments. Cette unité doit caractériser la fonction du produit, le service rendu en quelque sorte. « La fonction de l’aliment n’est pas de produire du poids ou des kilos, continue le chercheur. Cela paraît étonnant de rapporter cela au poids. » En choisissant la protéine, un nutriment clef pour les productions animales, l’impact climatique change significativement, comme le montre le graphique ci-dessous*.

 

 

La fonction de l’aliment est bien de nourrir, d’apporter des nutriments. Mais lesquels ? Protéine, lipide, glucide, vitamines, minéraux…ou bien de l’énergie ? La question est complexe et divise encore la communauté scientifique. Mais pour l’instant, l’impact environnemental communiqué au consommateur est calculé au poids… Attention !

 

*Les résultats sont issus du projet ANR Agralid.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *