Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

En dépassant les 2 milliards d’euros de vente, le commerce équitable franchit un cap inédit en France

Élevage

Réchauffement climatique, la poule déploie ses allèles

Modes de production

Avec l’agroforesterie, La Poste se veut facteur de durabilité

Cultures

La hausse des prix des graines de moutarde pique les industriels du secteur

Bien-être animal

Présidentielle 2022, la sensibilité des candidats à la condition animale passée au crible

BioPolitique

Restauration collective, l’étiquetage des viandes sera obligatoire en 2022

Pour répondre à l’obligation de la loi Egalim d’intégrer 50 % d’aliments de qualité et durables dans la restauration collective publique, d’ici à 2022, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a annoncé de nouvelles mesures, à l’occasion du salon Restau’Co, le 8 Septembre. Il a présenté les objectifs du ministère : « informer, donner l’exemple et investir » pour les produits locaux et de qualité dans les cantines. Un décret sera pris fin 2021, afin de rendre obligatoire l’étiquetage de l'origine des viandes dans les cantines, en 2022.

Par Romane Gentil - Publié le 09/09/2021 à 16:34

Commenter

Partager :

En avril 2019, la loi Egalim avait rendu obligatoire l’intégration de 50 % d’aliments de qualité et durables dans la restauration collective publique, pour 2022. Dans le cadre de la réponse à cet enjeu, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a annoncé, à l’occasion du salon Restau’Co à Paris le 8 septembre, de nouvelles mesures.

« Informer et donner l’exemple »

« Mon combat, c’est la qualité de l’alimentation dans nos cantines », a affirmé Julien Denormandie. Concrètement, dans un premier objectif d’ « informer », un décret sera pris avant la fin de l’année 2021. Il rendra obligatoire l’étiquetage des viandes quant à leur origine, dans les restaurations collectives, en 2022. De plus, le ministre, qui considère que l’ « Etat doit donner l’exemple », a annoncé que 100 % des viandes et poissons des cantines de l’Etat devront être « de qualité » (labels, Siqo, Bio, HVE…).

« Investir »

Julien Denormandie a également rappelé que des fonds étaient mobilisés dans le cadre du plan France Relance, pour accompagner les investissements matériels et immatériels pour le développement de l’offre en produits frais et locaux dans les cantines. 50 millions d’euros sont, par exemple, destinés au soutien des petites communes. A ce jour, 420 communes ont pu en bénéficier, et le ministre rappelle que l’accompagnement est toujours ouvert pour les gestionnaires de cantine. Il ajoute que les 80 millions d’euros ayant déjà permis de soutenir 202 projets alimentaires territoriaux (PAT), ont souvent accompagner la croissance de l’approvisionnement des cantines en produits locaux.

Ils vous intéresseront peut-être

Une pensée sur “Restauration collective, l’étiquetage des viandes sera obligatoire en 2022”

Répondre à jf bonnevie Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.