Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

En dépassant les 2 milliards d’euros de vente, le commerce équitable franchit un cap inédit en France

Élevage

Réchauffement climatique, la poule déploie ses allèles

Modes de production

Avec l’agroforesterie, La Poste se veut facteur de durabilité

Cultures

La hausse des prix des graines de moutarde pique les industriels du secteur

Bien-être animal

Présidentielle 2022, la sensibilité des candidats à la condition animale passée au crible

SIA2022

Savéol se positionne en leader du marché “sans pesticides” au Salon de l’agriculture

A l’occasion du Salon de l’agriculture, la coopérative Savéol a donné une conférence le 28 février présentant ses actualités et objectifs en matière d’environnement et d’écologie. L’occasion, pour eux, de défendre le modèle des serres, malgré la hausse des charges à laquelle font face les producteurs.

Par Eugénie Bourgeois - Publié le 03/03/2022 à 12:55

Commenter

Partager :

garoculture76 500 tonnes de tomates et 2800 tonnes de fraises, c’est ce qu’ont produit les 125 maraîchers de Savéol, une coopérative de maraîchers bretons, en 2021.17 d’entre eux sont nouvellement intégrés. Ses représentants ont profité du Salon de l’agriculture pour présenter les actualités et les engagements de l’organisation en matière d’agroécologie lors d’une conférence donnée le 28 février.

LE MODÈLE SERRE PAS ANTITHÉTIQUE DE L’ÉCOLOGIE

Selon Savéol, « la coopérative représente 48 % des parts du marché sans pesticides », comme l’indique Pierre-Yves Jestin, le président. Une présence qui devrait s’accroître au cours des prochains mois.« Les premières fraises bio Savéol arriveront en 2022 », glisse le président de la coopérative. Une dynamique sur le sans pesticide qui s’explique en partie par les cultures sous serres. « Ce modèle donne la possibilité d’utiliser efficacement le biocontrôle, et notamment les insectes auxiliaires que nous élevons et qui y sont piégés », explique-t-il, en indiquant : « La quantité d’eau utilisée pour l’irrigation d’une serre n’est pas beaucoup plus importante que celle qui tombe naturellement dessus. »

LA HAUSSE DES CHARGES SE RÉPERCUTE SUR LE PRIX DES BARQUETTES

Souvent pointé du doigt pour sa consommation d’énergie, le modèles des serres voit en ce moment ses charges augmenter fortement. Le président de la coopérative fait part des efforts effectués pour limiter le plus possible le chauffage des serres, qui est aussi un réel enjeu économique. La hausse du prix de l’énergie, notamment du gaz, touche beaucoup la filière : « Le gaz représente 80 % de la part des énergies utilisées pour le chauffage des serres », rappelle Pierre-Yves Jestin.

Savéol a par ailleurs dû abandonner les emballages en plastique au profit du carton, contribuant à faire monter les prix des barquettes, tout comme le coût du transport qui a lui aussi augmenté. Au total, une barquette de 250 grammes de tomates cerises coûte 20 centimes d’euros de plus que l’année dernière pour le consommateur. Pour l’instant, la vente de tomates, notamment cerises, en vrac n’est pas envisagée pour la coopérative.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.