Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Initiative

Bien-être animal, de plus en plus d’acteurs s’investissent dans un système d’étiquetage

Labels

La génération Y veut des aliments qui ont du sens, sans plébisciter le bio

Labels

Un label spécifique pour mettre en lumière l’agriculture de conservation des sols

Élevage

Guillaume annonce la fin de la castration des porcelets et du broyage des poussins pour 2021

Pesticides

Derrière la hausse des ventes de pesticides en 2018, plusieurs explications et tendances

Élevage

SIA 2019 – Bien-être animal, un site web pour les éleveurs souhaitant lister leurs pratiques

Habitué à parler de son métier dans ses vidéos sur les réseaux sociaux, l'éleveur de vaches laitières Étienne Fourmont a voulu aller plus loin en créant la plateforme www.bienetre-elevage.fr. Lancé au Salon de l'agriculture, ce site vise à recenser, sur la base du volontariat, les bonnes pratiques des éleveurs français en matière de bien-être animal.

Par Julia Landrieu - Publié le 04/03/2019 à 11:36

Commenter

Partager :

L’éleveur de vaches laitières Étienne Fourmont, connu sous le nom de @agrikol ou Etienne Youtoubeurre sur les réseaux sociaux, pour ses vidéos où il explique son métier, a lancé à l’occasion de Salon international de l’Agriculture le 28 février, le site www.bienetre-elevage.fr. Cette plateforme vise à recenser les démarches des agriculteurs en matière de bien-être animal. Sur la base du volontariat, un éleveur peut se géolocaliser sur une carte, renseigner son type d’élevage et les mesures qu’il met en place : logette, accès à l’herbe, brosse en libre accès, ventilateur, etc.

Les réseaux sociaux en appui

« L’éleveur peut aussi intégrer des photos, son compte Twitter, Facebook ou Instagram », explique Étienne Fourmont. C’est lui qui valide les contributions avant leur mise en ligne. « Les éleveurs doivent partager ce qu’ils font pour le bien-être animal et l’afficher au grand jour pour le consommateur. Dans l’idéal, j’adorerais qu’on puisse ensuite intégrer au site la possibilité d’organiser des visites des fermes, pour la traite par exemple », espère l’éleveur. Pour l’instant, le site compte une trentaine d’exploitations, essentiellement en élevage bovin lait et viande, mais aussi en caprin et volaille.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *