Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Labels

Le commerce équitable connaît une croissance « exceptionnelle » en 2018

Biodiversité

Un rapport d’experts alerte sur l’érosion de la biodiversité (IPBES)

Alimentation

Approvisionnement en restauration collective, le privé a aussi un rôle à jouer

Politique

Transition écologique, un Grand débat mais de petites mesures, selon les ONG environnementales

Communication

Agriculture et fake news scientifiques, une tendance difficile à enrayer

Élevage

SIA2019 – Coup de projecteur sur les races d’élevage menacées de disparition

Le Prix national de l'agrobiodiversité animale, qui a livré son verdict le 28 février au Salon de l'agriculture, donne de la visibilité aux races d'élevage menacées de disparition. L'occasion de découvrir des races peu connues, et les démarches de sauvegarde, souvent futées, mises en place pour les préserver.

Par Eloi Pailloux - Publié le 01/03/2019 à 18:35

Commenter

Partager :

Marc Prikazsky (Ceva Santé Animale) et Julien Guinhut (Fondation du Patrimoine).

Connaissez-vous le « lapin chèvre », la chèvre des Pyrénées et le porc de Bayeux ? Si non, pas d’inquiétude : il s’agit de race d’animaux d’élevage à très faible effectif, le plus souvent méconnus, même dans la région dont ils sont issus. Fortement ancrées dans des territoires locaux, ces races sont au cœur de démarche de sauvegarde. Autre point commun : ces démarches ont été primées dans le cadre de la septième édition du Prix national de l’agrobiodiversité animale, dont les résultats ont été présentés le 28 février 2018, lors du Salon de l’agriculture.

Trouver la bonne voie de valorisation

Pour la Fondation du patrimoine, qui co-organise ce concours, l’objectif est de donner de la visibilité, et aider ces projets. L’éleveur de lapins chèvres Baptiste Vivinus, classé troisième du classement, touche 4000 €. Son exploitation de Vendée est convertie en bio. Il joue sur la qualité gustative intéressante de ses animaux, mise en avant via la collaboration avec un chef étoilé local. À la deuxième place, l’Association de sauvegarde pour la race chèvre des Pyrénées touche la récompense de 6 000 €. Fanny Thuault, sa représentante, précise : « Cette chèvre montre un intérêt spontané pour les friches et les ronciers. Elle permet d’entretenir les espaces envahis, tout en économisant sur le poste alimentaire des exploitations. »

C’est donc le porc de Bayeux qui remporte le premier prix, et une prime de 10 000 €. « Velu, pas perturbé par la pluie, il peut rester dehors une longue partie de l’année, réduisant le temps passé en bâtiment », explique Muriel Angée, agricultrice dans le Calvados avec son époux. La vente directe permet de valoriser davantage la viande produite.

Des atouts spécifiques

Les difficultés, pour ces trois lauréats, sont les mêmes. Ces races ne remplissent le plus souvent pas les critères d’animaux « productifs », liés à la croissance ou à la reproduction. Cette dernière est par ailleurs rendue complexe par le faible nombre d’individus de chaque race, créant un risque de consanguinité. « Ces porteurs de projets ont toutefois trouvé un ou des moyens de pérenniser leur action, précise Julien Guinhut, directeur de la communication de la Fondation du Patrimoine. Nous souhaitons mettre en évidence des démarches qui prouve que l’on peut concilier préservation des races et solidité économique. »

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *