Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Initiative

Lancement de huit fermes ambassadrices en Île-de-France

Pesticides

Pour la FNH, les financements seraient insuffisants pour réduire l’utilisation de pesticides

Cultures

Lancement de l’initiative Cap Chanvre pour favoriser le déploiement de la culture en France 

Energie

Signature d’une charte de bonnes pratiques sur l’agrivoltaïsme

Politique

Projet loi climat, de premières mesures pour l’agriculture et l’alimentation

Alimentation

Signature d’un Pacte alimentaire en Nouvelle-Aquitaine

La Nouvelle-Aquitaine et de nombreuses parties prenantes des secteurs alimentaire et agricole ont signé, le 7 janvier, un Pacte alimentaire. La Région veut ainsi renouveler son engagement pour une alimentation saine, durable et de qualité.

Par Laure Hänggi - Publié le 07/01/2021 à 18:27

Commenter

Partager :

Engagée à travers la feuille de route Néo Terra, sa stratégie pour la transition agroécologique, la Nouvelle-Aquitaine veut aller plus loin sur les volets agricoles et alimentaires. La préfète de la Région, Fabienne Buccio, et le président du Conseil régional, Alain Rousset, ont présidé le 7 janvier, la signature d’un Pacte alimentaire. Une quinzaine de parties prenantes étaient au rendez-vous, à savoir la Chambre d’agriculture la Coopération agricole et l’agence de l’alimentation régionales, Interbio, Interfel et la FRAB régionale, des représentants des industries alimentaires, des établissements scolaires, de l’hôtellerie et le réseau Inpact (réseau initiatives pour une agriculture citoyenne et territoriale).

Relocaliser et améliorer la rémunération

Cette nouvelle feuille de route encadrera les actions régionales jusqu’en 2025. Cinq domaines d’actions stratégiques ont été identifiés : favoriser les circuits de proximité et la vente directe, faciliter les initiatives des territoires concourant à la relocalisation de l’économie, organiser les filières pour répondre aux demandes des différents marchés régionaux, éveiller et informer les acteurs et les consommateurs, favoriser la solidarité et la citoyenneté alimentaire. Des groupes de travail seront mis en place, et notamment un comité de pilotage spécifiquement dédié au développement de l’approvisionnement en produits locaux, bio et de qualité en restauration collective publique. L’ensemble de ces actions doivent permettre de relocalisation la production alimentaire, le déploiement de modes de production et de distribution plus respectueux de l’environnement et de la santé, mais aussi assurer une plus juste rémunération aux acteurs de la chaîne alimentaire, et notamment les agriculteurs.

Crédit photo : Paul Robin

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *