Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Initiative

Transition souhaite accompagner un millier d’agriculteurs vers le bio d’ici à 2023

Labels

Certains labels ne tiendraient pas leurs promesses selon l’UFC, WWF et Greenpeace

Labels

Le Cnaol annonce des AOP laitières durables d’ici à 2030

ÉconomieInitiative

Des agriculteurs bretons et mayennais à la recherche de financeurs pour rémunérer leurs services environnementaux

Initiative

Deux semaines à vélo pour des rencontres entre agriculteurs et consommateurs

Communication

Terres OléoPro vante le colza comme solution vers la souveraineté protéique

Selon la marque filière des huiles et protéines végétales françaises, Terres OléoPro, 1,3 million d’hectares de colza, couplés à 700 000 hectares de tournesol et une hausse d’autres sources protéiques végétales pourraient améliorer la souveraineté protéique française de 10 %. Une campagne de communication, « Le colza, une chance pour la France », a été lancée pour souligner ces faits.

Par Romane Gentil - Publié le 06/10/2021 à 12:20

Commenter

Partager :

A l’occasion du Sommet de l’élevage de Clermont-Ferrand, la marque filière des huiles et protéines végétales françaises, Terres OléoPro, a voulu rappeler dans un communiqué, le 4 octobre, « les atouts du colza ». D’après elle, avec les 1,3 million d’hectares de colza et les 700 000 hectares de tournesol préconisés par le Plan Protéines, accompagnés d’une hausse de la production d’autres sources de protéines végétales (légumineuses), la France pourrait améliorer sa souveraineté protéique de 10 %. On compte aujourd’hui un peu plus d’un million d’hectares de colza en France.

Une campagne pour promouvoir la filière

Dans la continuité, la marque a également lancé une campagne intitulée « le colza, une chance pour la France », qui se déroule à partir du 5 octobre. La démarche vise notamment à « inverser la tendance », alors que les surfaces de colza ont diminué de 40 % entre 2017 et 2020. D’après elle, les 100 000 agriculteurs de la filière doivent actuellement faire face à la concurrence étrangère, l’impact des sécheresses, ainsi que le manque de cadre réglementaire stable, aux niveaux national et européen.

La filière tient à rappeler les qualités de la protéagineuse, qui sont multiples : si l’huile de colza et son emploi comme protéine pour les animaux est bien connue, elle est également le seul ingrédient du B100, un biocarburant 100 % végétal.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *