Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Le gouvernement veut impulser un nouvel élan pour son site « Sortir du glyphosate »

Initiative

Quand le don de denrées agricoles prend l’aspiration du Tour de France

Politique

Désaccord majeur des filières agricoles françaises sur le Mercosur

Bio

Un menu bio nécessite moins de surfaces agricoles, d’énergie et émet moins de gaz à effet de serre (étude)

Cultures

La lavande a pratiquement doublé ses surfaces françaises en dix ans

Climat

Un vin du futur pour alerter sur les conséquences du réchauffement climatique

Présenté en avril dernier par l'Association des journalistes de l'environnement (AJE) et l'œnologue Pascal Chatonnet, le vin « Bordeaux 2050 » veut sensibiliser le plus grand nombre en donnant « un avant-goût du réchauffement climatique ». Une démarche qui fait parler d'elle jusqu'aux Nations Unies, où la Secrétaire en charge des changements climatiques s'est
prêtée au jeu de la dégustation.

Par Laure Hänggi - Publié le 31/10/2018 à 09:44

Commenter

Partager :

La réputation des vins du vignoble de Bordeaux n’est plus à faire ! Mais l’évolution à la hausse des températures pourrait bien changer la donne… A l’initiative de l’association des journalistes de l’environnement (AJE), l’œnologue Pascal Chatonnet a élaboré un vin, en collaboration avec des scientifiques, en se basant sur les prévisions d’évolutions des températures dans la région – soit entre 2 et 4° C de plus en moyenne au cours des prochaines décennies. L’objectif de ce Bordeaux 2050, dévoilé le 10 avril au musée du vin de Paris ? « Donner un avant-goût du réchauffement climatique », en illustrant de manière concrète ses conséquences sur un produit symbolique.

Un vin qui fait parler jusqu’aux Nations unies

Le millésime futuriste a en tout cas réussi à faire parler de lui. Et ce, jusqu’au siège des Nations unies. La secrétaire exécutive en charge des changements climatiques, Patricia Espinosa, a elle-même goûté la cuvée Bordeaux 2050 au début du mois d’octobre, après avoir salué cette initiative. « Il est plus que nécessaire d’adresser les problématiques liées au changement climatique. Il y a déjà des effets réels sur nos vies quotidiennes et c’est le cas pour la filière viti-vinicole, ce que nous sommes trop peu encore à avoir compris », a-t-elle commenté à cette occasion. Un intérêt dont s’est félicité l’AJE, dans un communiqué du 4 octobre : « Nous avons franchi une étape grâce à cette dégustation qui rend encore plus crédible notre démarche ».

Mélange cépages produits dans des régions plus chaudes

Pour créer ce vin du futur, Pascal Chatonnet a sélectionné et assemblé deux cépages de vins rouges – le merlot et le cabernet sauvignon – produits dans le Languedoc-Roussillon et en Tunisie. Des régions aux climats plus chauds et secs, tels que celui que devrait connaître la région bordelaise si le réchauffement climatique n’est pas freiné. Avec quel résultat ? Un vin au goût plus sec, plus mûr et légèrement plus amer. Pas un mauvais vin, mais un cru bien loin des Bordeaux produits actuellement.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *