Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Le Gouvernement présente son plan pollinisateurs pour les cinq prochaines années

Politique

Innovation, 877,5 M€ mobilisés pour l’agroécologie et l’alimentation durable

Alimentation

Neuf enseignes vont tester le Planet-score dans leurs rayons

Labels

Un « sentiment d’essoufflement » pour les Siqo

Initiative

Transition souhaite accompagner un millier d’agriculteurs vers le bio d’ici à 2023

Circuits courts

Une épicerie zéro déchet avec ses propres silos de farine

Promouvoir une agriculture durable et le sans déchet. C'est l'objectif de l'épicerie bio Mme Bocal & Mr Vrac, ouverte en septembre dernier à Cholet (49). Pour éviter le stockage sous forme d'emballage, l'établissement dispose de ses propres silos de farine, une initiative unique en France.

Par Laure Hänggi - Publié le 17/01/2019 à 15:44

Commenter

Partager :

Des fruits et légumes, une crèmerie, des produits d’entretien ou des cosmétiques. L’épicerie Mme Bocal & Mr Vrac, installée depuis septembre dans le centre de Cholet ressemble à toutes les autres sur le papier. Mais dans les rayons, c’est une autre histoire. Tous les produits, issus de la filière biologique sont vendus en vrac, c’est-à-dire sans emballage. « Le bio était pour nous une évidence, mais nous voulions aller plus loin. C’est aussi une manière de nous différencier des autres épiceries bio de la ville », explique Philippe Breton, co-fondateur, avec sa femme Cécile, de la structure.

Cécile Baudin et Philippe Breton, co-fondateurs de l’épicerie.

Les circuits courts privilégiés

Autre spécificité innovante de l’établissement : il dispose de six silos d’une capacité d’une dizaine de kilos chacun, pour stocker la farine vendue en vrac. Celle-ci est, pour les trois-quart, fournie par le groupement local Bio Ribou Verdon et une meunerie partenaire.

L’épicerie a en effet fait le choix de favoriser les circuits courts pour la grande majorité de ses achats. La quasi-totalité des produits frais, notamment les fruits et les légumes, proviennent ainsi d’exploitations dans un rayon de 15 kilomètres. « Défendre une agriculture durable et une consommation à plus petite échelle, c’est le sens même de notre projet », résume Philippe Breton.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *