Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Le label « Zéro résidu de pesticides » revendique un déploiement positif après moins de deux ans

Pesticides

Riverains et pesticides, dix-huit départements ont leur charte de bon voisinage

Climat

Rémi, agriculteur participant à la Convention citoyenne pour le climat : « Je n’ai pas hésité une seconde ! »

Communication

#AgriLoving, la campagne de communication positive au ton décalé

Modes de production

« Les pouvoirs publics doivent nous laisser la possibilité d’adopter des critères environnementaux »

Climat

Vignes : la diversité des cépages, un moyen de faire face au changement climatique

Trouver, dans les 1100 cépages existants, ceux qui se comportent le mieux dans le cadre des changements climatiques. C'est l'idée que développent l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) et l'université d'Harvard, dans une étude publiée le 2 janvier.

Par Eloi Pailloux - Publié le 04/01/2018 à 17:29

Commenter

Partager :

Photo Dominique Hessel

Alors que plus de 1100 cépages sont cultivés dans les vignobles de par le monde, leur exploitation est loin d’être homogène. Douze de ces cépages représentent en effet 45 % des surfaces de vigne, avec des déséquilibres encore plus importants sur certaines zones. Notamment en l’Australie, en Nouvelle-Zélande ou en Chine, où le Cabernet-Sauvignon représente 75 % des vignobles du pays.

Des cépages peu utilisés mais adaptés à la sécheresse

Selon les chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) et de l’université d’Harvard, c’est pourtant dans la diversité que pourrait se trouver l’avenir de cette culture. En particulier pour faire face au changement climatique, qui imprime déjà son impact sur les vignobles : avancée des dates de vendanges, déficits hydriques accentués, vins plus alcoolisés, moins acides…

Dans la revue Nature Climate Change du 2 janvier 2018, les scientifiques rappellent que certains des cépages peu cultivés s’avèrent mieux adaptés à des climats plus chauds et ont de meilleurs comportements face à la sécheresse. Ils incitent la filière viticole à expérimenter ces variétés, pour évaluer leur potentiel face aux changements futurs. Un axe de travail qui nécessite aussi une adaptation des consommateurs. Ces derniers devraient en effet changer leurs habitudes et accepter de déguster de nouveaux vins issus des cépages moins connus.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *