Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Initiative

Sodiaal vous invite à imaginer la coopérative de demain

Climat

Gel, lancement de l’initiative « Coup de froid dans nos assiettes »

Alimentation

Educ’Agrifood, lancement d’une consultation nationale sur l’éducation à l’alimentation

Bio

Malgré la crise sanitaire, les consommateurs de bio toujours au rendez-vous

Politique

Le Conseil d’Etat juge « illégal » l’étiquetage de l’origine du lait

Oui mais

L’agriculture de conservation des sols plus performantes en régions sèches ?

Pour mieux comprendre l'impact de l'agriculture de conservation des sols sur les rendements, une équipe de chercheurs de l'Inrae, du Cirad et d'AgroParisTech a réalisé une cartographie au niveau mondial des conséquences sur les rendements de ce modèle. L'étude conclut à une « forte probabilité de gain de rendement dans les régions sèches ». De nombreuses variabilités géographiques ont néanmoins été observées et des études complémentaires doivent être menées pour approfondir ces résultats.

Par Laure Hänggi - Publié le 27/04/2021 à 16:56

Commenter

Partager :

L’agriculture de conservation des sols (ACS) est un système de cultures alternatif reposant sur trois piliers : la couverture permanente des sols, le non-travail du sol (ne pas retourner la terre), la diversité et la rotation des cultures. Si seuls 2 % des agriculteurs ont aujourd’hui adopté ce modèle en France, les bénéfices de ce modèle, notamment en ce qui concerne le stockage du carbone dans le sols, sont de plus en plus mis en avant. Un label a même été lancé il y a un an pour davantage informer le consommateur. Mais qu’en est-il de l’impact de ce modèle sur les rendements ? Pour répondre à cette question, une équipe de chercheurs de l’Inrae, du Cirad et d’AgroParisTech ont réalisé une étude, à partir de données concernant 50 pays, extraites de 413 publications et portant sur huit cultures : orge de printemps, coton, maïs, riz, sorgho, soja, tournesol, blé d’hiver.

Selon les résultats publiés dans la revue Nature Scientific Reports, en février 2021, l’ACS aurait plus de 50 % de chances de surpasser le modèle conventionnel dans les régions sèches du monde. Ces bons résultats sont d’autant plus probables dans le cas où l’ACS est associé à des moyens de lutte contre les adventices et les parasites.

Des résultats divers en fonction des régions

Deux régions types ont été définies : une relativement sèche, une seconde relativement humide. Dans le cas du blé d’hiver, la probabilité moyenne de gain de rendement avec l’agriculture de conservation des sols est de 56 % dans la région 1, de 47 % dans le région 2. Néanmoins, les résultats témoignent d’une grande variabilité, en fonction des régions géographiques et des espèces cultivées. Conclusion pour les chercheurs : «  l’ACS apparaît comme une pratique agricole durable si elle est ciblée sur des régions climatiques et des espèces de cultures spécifiques. »

Pousser plus loin ces recherches

Si l’ACS ne surpasse pas toujours les systèmes agricoles conventionnels, les chercheurs insistent sur le fait que ce modèle «  peut fournir une gamme de services écosystémiques bien au-delà de la production de biomasse », ce qui en fait une « pratique prometteuse ». Néanmoins, des études complémentaires devront être menées pour approfondir ces résultats. Les auteurs eux-mêmes concèdent que leurs travaux comportent quelques limites, comme le manque de données sur l’irrigation ou le fait que les données collectées concernent davantage des climats humides que arides.


Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *