Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Pesticides et riverains, le Conseil d’État refuse d’annuler l’arrêté du gouvernement en urgence

Initiative

Bien-être animal, de plus en plus d’acteurs s’investissent dans un système d’étiquetage

Labels

La génération Y veut des aliments qui ont du sens, sans plébisciter le bio

Élevage

Guillaume annonce la fin de la castration des porcelets et du broyage des poussins pour 2021

Pesticides

Derrière la hausse des ventes de pesticides en 2018, plusieurs explications et tendances

Oui mais

L’attrait des consommateurs pour le bio ne se dément pas ?

Le succès du bio, dans les étals et les rayons, ne se dément pas. Mais cette tendance positive ne va pas sans questionnement. Un sondage Opinionway révélé le 14 novembre démontre que le consommateur ne souhaite pas manger bio à n'importe quel prix, et qu'il s'interroge sur les circuits de distribution et la rémunération de l'agriculteur.

Par Eloi Pailloux - Publié le 20/11/2019 à 17:37

Commenter

Partager :

L’histoire entre les consommateurs et les aliments bio n’est pas qu’un long fleuve tranquille. Si le marché progresse indéniablement, avec un record battu pour le chiffre d’affaires de la filière en 2018, cette dynamique pose aussi son lot de question. En février, un sondage mettait en exergue les attentes « qualitatives » des consommateurs, liée à l’origine des produits, notamment. Une nouvelle étude, présentée lors des Assises de la bio, le 14 novembre, aborde les aspects « prix ».

Circuits courts plutôt que grande distribution

Seuls 5 % des 1038 personnes interrogées estiment qu’il n’est pas nécessaire de baisser les prix du bio, qui restent donc trop élevés pour une grande majorité de l’échantillon. La question des modes de distribution est au cœur de cette question des prix. Alors que 61 % des répondants plébiscitent la vente directe et les circuits courts pour payer un prix plus raisonnable, Florent Guhl, directeur de l’Agence Bio, estime que « la grande distribution n’est probablement pas le meilleur canal » pour le bio.

Les consommateurs montrent en effet des insatisfactions quant au bio dans les grandes surfaces : 64 % trouvent que la transparence sur la rétribution des producteurs est insuffisante, 48 % voudraient plus d’information sur l’origine des produits, 44 % trouvent à redire sur les emballages. 61 %, enfin, estime que le bio dans la grande distribution est tout simplement trop cher.

Les consommateurs pensent aux producteurs

« L’un des grands enseignements de ce sondage, c’est la conscience claire qu’ont les consommateurs du lien entre le prix d’un produit bio et la santé économique du secteur agricole bio », observe enfin Florent Guhl. Dans la hiérarchie des leviers à activer pour des produits labellisés plus abordables, les sondés évoquent par exemple le fait d’accorder plus de subventions aux agriculteurs (23 %). « Dans cette étude, on comprend que le consommateur ne veut pas juste du bio pas cher, mais que s’il doit payer davantage, cela doit avant tout profiter au producteur », nuance ainsi un spécialiste d’Opinionway.


Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *