Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Energie

Le ciel se dégage pour l’agrivoltaïsme

Alimentation

JO 2024, la France veut une alimentation locale et durable

Initiative

Portrait – Magali Ardiley, médiatrice d’un bon voisinage

Élevage

Portrait – Nicolas de Boishebert, J’irai couver chez vous

Politique

« Une femme à la tête de la FNSEA, un progrès que je n’imaginais pas dans les années 80 », Édith Cresson

Non car

Les élevages herbagers, responsables de moins de gaz à effet de serre que les élevages industriels ?

Dans le cadre de son scénario prospectif « Afterres2050 », Solagro s’est demandé quels étaient les systèmes d’élevage les plus émetteurs de gaz effet de serre. Selon le groupe, aucune différence significative n’est notable entre les élevages à l’herbe et les élevages intensifs.

Par Romane Gentil - Publié le 26/08/2021 à 15:16

Commenter

Partager :

Alors qu’il a été prouvé que les élevages sont une cause majeure de libération de gaz à effet de serre (GES), Solagro s’est posé la question, dans le cadre de son scénario prospectif Afterres2050, de l’impact du système d’élevage sur cette donnée. Selon le groupe, cette donnée n’est pas déterminante, en ce qui concerne les ruminants.

Les systèmes intensifs, responsable de moins d’émissions directes

Un premier facteur à prendre en compte dans l’étude de l’émission des GES dans les élevages de ruminants est le méthane issu des fermentations entériques (réactions fermentaires ayant lieu dans la panse des ruminants). Ces dernières diminuent lorsque la productivité en lait, elle-même directement liée à la ration de concentré, augmente. Ainsi, un élevage plus intensif (par définition plus productif en lait et utilisant davantage de concentrés) serait responsable de moins d’émissions directes.

Les systèmes herbagers produisent moins d’émissions indirectes

De nombreux autres paramètres sont néanmoins à prendre en compte. Les fermentations entériques dépendent également du type de concentré ingéré, du type de fourrage et même de la sélection génétique. Au-delà du méthane issu des réactions fermentaires, les déjections et l’alimentation sont également deux gros piliers d’émissions de GES en élevage. En comptabilisant tous les effets, l’intensification se montre plus productrice d’émissions indirectes, et la différentiation des deux formes d’élevage pour la quantité totale d’émissions devient difficile à réaliser. Solagro conclue que « les différents systèmes […] se situent tous autour d’une valeur de 1,1 kg CO2 eq par litre de lait ».

« Il est préférable de maintenir les systèmes herbagers »

Un autre facteur à prendre en compte est le stockage de carbone dans le sol. Alors que ce dernier a longtemps été supposé plus important dans les prairies, le rapport « 4 pour 1000 » de l’Inrae parle d’un stockage « neutre à légèrement positif (+50 kgC/ha.an) » pour ces dernières, ce qui ne suppose pas de différence notable. Solagro insiste : pour une vache sur un hectare de prairie, seul 6 % des émissions annuelles de méthane pourraient être compensées par le stockage. Et conclue : « la prise en compte des effets de stockage en prairie peut favoriser les systèmes herbagers, plus ou moins selon le niveau réel de stockage de carbone en prairie. » Ainsi, il serait tout de même « préférable de maintenir les systèmes herbagers », d’autant plus qu’ils fournissent d’autres services : régulations biologiques, pollinisation, qualité du paysage. Néanmois, pour Solagro, « la mise en cause des élevages dits « industriels » ne peut pas s’appuyer sur l’argument du climat. »


Ils vous intéresseront peut-être

Une pensée sur “Les élevages herbagers, responsables de moins de gaz à effet de serre que les élevages industriels ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.