Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Les États généraux de l’alimentation sont lancés !

Économique

Les mauvais chiffres de la production agricole 2016

Élevage

États généraux de l’alimentation : la filière bouchère appelle à l’action

Tendances

Marques de distributeurs, un point sur le Made in France

Bio

Croissance du bio probablement moins forte en 2017

Malgré la demande des consommateurs, en augmentation constante, la croissance du bio en France devrait être moins forte en 2017 qu'en 2016. La Fédération nationale d'agriculture biologique l'explique principalement par des raisons administratives.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 24/05/2017 à 00:00

Commenter

Partager :

Le bio connait une forte croissance en France. En 2016, le taux de conversion des exploitations agricoles était de 12 %. En 2017, cette croissance devrait se réduire quelque peu, annonce la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab) dans un point presse organisé le 16 mai.

Incertitudes liées aux retards des aides financières
Selon la fédération, cette baisse s’explique d’abord par des incertitudes liées à l’attribution des aides européennes. En effet, la France a pris du retard dans l’attribution des soutiens financiers accordés pour l’installation ou le maintien en agriculture biologique. Ces montants doivent apporter un soutien financier aux agriculteurs pour les aider à faire face aux frais et charges propres à la production bio. Certains versements de 2015 n’ont toujours pas été effectués.

Sachant que beaucoup d’agriculteurs choisissent le bio pour mieux respirer économiquement, ces incertitudes constituent un frein important. Pour résoudre ce problème, la Fnab propose d’augmenter les fonds dédiés à l’agriculture biologique, et de rendre transparent les budgets de distribution des aides des Régions, par lesquelles les subventions européennes transitent avant d’arriver jusqu’aux exploitants

Les agriculteurs sont pourtant motivés par la conversion. Par exemple, en Bretagne, la Fédération régionale d’agriculture biologique annonce que 36 % des exploitants veulent arrêter les traitements chimiques et réduire leurs impacts environnementaux, en optant pour le bio.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *