Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Cultures

Salon de l’agriculture 2018 : les céréales seront présentes porte de Versailles

Cultures

Néonicotinoïdes : déterminer les dérogations à l’interdiction prévue en 2018

Modes de production

Pour le WWF, l’agriculture durable gagne du terrain

Cultures

Pesticides : « Le budget de la recherche doit être à la hauteur des ambitions »

Biodiversité

Des satellites pour surveiller les invasions de criquets

Les scientifiques ont trouvé un nouveau moyen d'utiliser les données collectées par les satellites : la lutte contre les invasions de criquets. En analysant l'humidité du sol, ils peuvent prédire les regroupements près de deux mois à l'avance.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 21/06/2017 à 09:46

Commenter

Partager :

 width=Des scientifiques de l’Agence spatiale européenne (ESA) et des spécialistes du criquet pèlerin de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont annoncé, le 14 juin, la création d’une nouvelle imagerie satellitaire pour anticiper les invasions acridiennes, c’est-à-dire les invasions de criquets. Ils ont établi des modèles qui, en fonction des données reçues par les satellites, permettent de prédire un regroupement de criquets jusqu’à deux mois à l’avance.

Analyser l’humidité du sol

Après plusieurs années d’études, les spécialistes de la FAO se sont rendus compte que les invasions acridiennes se produisent après une suite d’événements précis. D’abord une période de sécheresse, puis des pluies abondantes qui permettront une croissance rapide de la végétation, entraînant une reproduction massive et un développement rapide des insectes. Auparavant, les satellites analysaient la végétation verte favorisant le développement des essaims, ce qui impliquait que ces derniers étaient déjà présents. En analysant l’humidité du sol, l’invasion est anticipée en amont.

Les criquets pèlerins sont des sauterelles inoffensives pour l’homme mais qui, en se regroupant, peuvent être extrêmement nocives pour les cultures. Un kilomètre carré d’essaim peut contenir près de 40 millions de criquets et ceux-ci mangent en une journée la même quantité de nourriture que 350 000 personnes.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *