Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Le sénateur Didier Guillaume prend la tête du ministère de l’Agriculture

Élevage

La consommation d’œufs « hors cage » devient la norme

Pesticides

Start-up d’État contre le glyphosate : derrière la communication, quelle pertinence ?

Abeilles

Vers la transparence sur l’origine du miel

Élevage

S’engager pour rassurer : la filière viande en pleine mutation

Le porc fermier de Vendée, nouvelle étiquette pour Agri-Éthique

Le commerce équitable, un concept qui concerne désormais… les porcs de Vendée. La marque Agri-Éthique annonce désormais travailler avec cette filière. Le revenu des éleveurs et le bien-être animal font partie intégrante de ce label.

Par Eloi Pailloux - Publié le 31/07/2018 à 11:43

Commenter

Partager :

Le label Agri-Éthique se donne l’objectif de faire du commerce équitable un concept made in France, qui dépasserait donc le seul import de produits issus de pays du Sud géopolitique. La démarche gagne du terrain (voir notre article dédié à cette tendance). Après avoir présenté son application à la filière blé en 2016, Agri-Éthique lance, le 9 juillet, son équivalent pour la viande de porc.

Rémunération des éleveurs, bien-être des animaux

Le pacte Agri-Éthique « viande » porte des accords commerciaux visant à établir des relations commerciales équilibrées et garantissant des prix rémunérateurs : les coûts de production sont pris en compte pour fixer de manière collective un prix rémunérateur.

Mais le portefeuille de l’éleveur n’est pas le seul bénéficiaire de la démarche.Car, comme pour toutes ses autres filières, Agri-Éthique s’appuie sur des cahiers des charges existant. En l’occurrence : les « porcs fermiers de Vendée » Label Rouge et indication géographique protégée (IGP). Ce qui garantit notamment au consommateur qu’il choisit de la viande issue de porcs fermiers élevés en plein air, avec 84 m² de parcours pour porc.

Cette filière devrait labelliser 17 000 porcs par an.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *