Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Abeilles

Sulfoxaflor, néonicotinoïdes et abeilles : l’Anses répond

Cultures

Les technologies d’édition du génome considérées comme une solution pour l’agro-écologie

Cultures

Glyphosate : comprendre les divergences des études

Élevage

Un lait sans OGM, avec des garanties de bien-être animal, de pâturage… et de prix

International

Une agence de voyage dédiée à l’agriculture

Eau

L’irrigation agricole, un enjeu de futur et des États généraux de l’alimentation

Irrigants de France, instance représentative des agriculteurs pratiquant l'irrigation, a profité du lancement des États généraux de l'alimentation, le 20 juillet, pour rappeler les enjeux fondamentaux en matière de gestion de l'eau en vue d'une alimentation plus responsables.

Par Vincent Dufau - Publié le 27/07/2017 à 14:37

Commenter

Partager :

Le 19 juillet, l’instance représentative des agriculteurs irrigants, Irrigants de France, rappelait dans un communiqué que la gestion l’eau en agriculture n’est pas sans lien avec les enjeux des États généraux de l’alimentation, lancés le lendemain. Et précise que les agriculteurs sont déjà mobilisés : ils décalent les cycles de cultures et changent de pratiques et de matériels. Résultat : 30 % d’économies d’eau ont été réalisées ces dix dernières années.

L’irrigation, des enjeux politiques et écologiques forts

Pour aller plus loin, Irrigants de France avance plusieurs solutions. Par exemple, stocker les excédents d’eau en hiver pour les utiliser en été. L’instance estime les besoins de stockage français à 500 millions de m3, soit 1,5 milliards d’euros d’investissements. Elle propose aussi de simplifier la réglementation pour réutiliser les eaux traitées, sans sacrifier à la sécurité sanitaire.

Irrigants de France rappelle que l’irrigation fait aujourd’hui vivre de nombreux exploitants, et permet d’avoir une agriculture performante du point de vue économique et de la sécurité alimentaire. Irrigants de France espère que les États généraux de l’alimentation intégreront, dans les mois qui viennent, ces enjeux et attentes en considération.

Crédit photo de couverture : Alupus

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *