Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Initiative

Le tribunal des générations futures juge l’agriculture indispensable à l’avenir de la France

Alimentation

Les protéines végétales plébiscitées… mais encore derrière les protéines animales

Modes de production

Le système alimentaire français, une nouvelle fois champion de la durabilité

Bio

Bio : le cuivre reste autorisé en tant que fongicide pour les cultures

Cultures

Néonicotinoïdes : déterminer les dérogations à l’interdiction prévue en 2018

L'Anses avance dans son évaluation des usages actuels des insecticides néonicotinoïdes en France. Deux études sont en cours pour aider le Gouvernement à décider des dérogations pour cette famille de molécules, dont l'usage sera interdit en septembre 2018.

Par Eloi Pailloux - Publié le 12/12/2017 à 16:29

Commenter

Partager :

Septembre 2018 marquera l’interdiction des néonicotinoïdes en France, comme l’impose la loi pour la reconquête de la biodiversité votée en 2016. Le texte prévoit toutefois la possibilité de délivrer des dérogations à certains produits, et pour certains usages, jusqu’à juillet 2020. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) planche actuellement sur les rapports qui devront flécher ces éventuelles dérogations. L’idée est de lister les cultures qui seraient trop lourdement handicapées par l’interdiction, faute d’alternatives satisfaisantes. Les deux années de sursis auraient alors pour but de donner le temps de trouver de nouvelles solutions pour préserver les cultures.

Deux études en cours

Le directeur général de l’Anses, Roget Genet, a donné le 5 décembre son calendrier. Le rapport final, qui doit éclairer la décision concernant ces dérogations, devrait être bouclé « pour la fin du premier trimestre 2018 ». En attendant, une étude intermédiaire d’évaluation portant spécifiquement sur les usages des néonicotinoïdes en viticulture et en protection de semences* de céréales sera publiée d’ici à la fin de l’année 2017. Si ces documents donneront des indications, c’est bien le Gouvernement qui tranchera.

Une famille de molécules polémiques

Cette famille de molécules insecticides avait été au cœur de longues discussions au moment du vote. Leurs impacts potentiels sur la biodiversité, et notamment les pollinisateurs, étaient pointés du doigt par plusieurs ONG environnementales. Une hypothèse réfutée par les firmes qui détiennent ces molécules, avançant que d’autres pays, comme l’Australie, les utilisent sans que les colonies d’abeilles ne connaissent de déclin. Le secteur agricole rappelait, de son côté, l’utilité de ces insecticides pour protéger leurs cultures contre certains insectes nuisibles.

* La protection de semence consiste à enrober les semences d’une pellicule de pesticide pour la protéger dès son implantation, plutôt que de pulvériser le produit sur la plante.

Ils vous intéresseront peut-être

2 réponses sur “Néonicotinoïdes : déterminer les dérogations à l’interdiction prévue en 2018”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *