Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Loi Égalim : vers une charte agriculteurs-riverains obligatoire liée à l’emploi des pesticides

Abeilles

Une balise miniature pour lutter contre le frelon asiatique, prédateur des abeilles

Cultures

Des champions en herbe pour la Coupe du monde

Communication

Des sentiers de randonnées à la rencontre des paysans

modes-de-production

Des réseaux de fermes pour moins de pesticides

De « vraies » fermes, expérimentant en conditions réelles la réduction des usages de pesticides. C'est le principe des réseaux Dephy, l'un des fruits du Grenelle de l'environnement en 2007. Avec des résultats concrets et de plus en plus d'exploitations participantes.

Par Eloi Pailloux - Publié le 20/02/2018 à 16:40

Commenter

Partager :

Dephy, une contraction entre « défi » et « phytosanitaire ». C’est le nom de l’un des dispositifs mis en place dans le cadre du plan Écophyto, lancé suite au Grenelle de l’environnement de 2007 pour réduire les usages des pesticides en agriculture. Progressivement, chaque région a mis en place des réseaux de fermes pour expérimenter des pratiques alternatives et novatrices afin de sortir moins souvent le pulvérisateur.

Des enjeux financiers concrets

Les partages d’expérience entre agriculteur : le cœur des réseaux Dephy.

Une initiative « sans filet », dans le sens où les exploitations sont soumises à la réalité économique du secteur. « Il ne s’agit pas d’une démarche expérimentale uniquement scientifique, on n’a pas le droit à l’erreur, sous peine d’amputer notre revenu », indique un producteur de colza d’un réseau de Lorraine. La prise de risque doit donc être dosée, mais l’organisation en réseau facilite le partage d’expérience et d’idées, ainsi que le déploiement de pratiques prometteuses.

L’organisation par région permet une prise en compte très locale des conditions de cultures (climat, types de sol, présence des ravageurs, mauvaises herbes ou maladies…). Et confère aux protocoles couronnés de réussite un minimum de reproductibilité au sein du même territoire.

Près de 3000 fermes

Au delà de l’agronomie, le défi est aussi de communiquer, auprès des agriculteurs comme auprès du grand public.

Et ça marche. En octobre 2017, Émeric Pillet, chef de projet Dephy au ministère de l’Agriculture, annonçait, « suivant les situations, les filières et les contextes climatiques, de 10 à 20 % de réduction d’usages des pesticides » sur l’ensemble du dispositif (voir encadré). Et cela, sans diminution de la productivité ni de la marge. Si le plan Écophyto, dans sa première mouture, a présenté des résultats contrastés, les réseaux Dephy ont été identifiés comme l’un de ses succès incontestables, au point d’être un maillon central de la version 2 du plan Écophyto, présentée en novembre 2015. Entre 2015 et 2017, le nombre de fermes investies est passé de 1900 à près de 3000, dans 240 réseaux. À termes, le ministère de l’Agriculture espère multiplier ces chiffres par dix.

Diffuser les résultats positifs

Tout en continuant à progresser, l’un des grands objectifs de Dephy est la communication auprès du plus grand nombre. Environ mille évènements sont organisés chaque année pour présenter les résultats au maximum d’agriculteurs. Et, autant que possible, les inciter à prendre part à la démarche. L’enseignement agricole s’empare également des résultats de Dephy pour former les exploitants de demain.


Les réductions d'usages de phyto par filière

Le ministère publie des chiffres par grandes filières. Les réductions d'usages de pesticides relevées dans les réseaux Dephy depuis le lancement du dispositif sont de : - 11 % en grandes cultures et polyculture-élevage, - 8 % en arboriculture, - 25 % en cultures légumières, - 33 % en horticulture, - 12 % en viticulture, - 28 % à 75 % en cultures tropicales.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *