Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Open agrifood 2017 : l’avenir de l’alimentation française en débat

Modes de production

Mutualiser le matériel agricole, une pratique gagnant-gagnant

Bio

Aides aux agriculteurs bio : nouveau rebond politique

Concours

Innov’agro : les étudiants à la recherche des services agricoles pour demain

Politique

Stéphane Le Foll, l’agro-écologie comme modèle

L'agriculture doit changer de modèle pour prendre la voie de l'agro-écologie. C'est en tout cas la conviction de Stéphane Le Foll, ancien ministre de l'Agriculture. Et c'est ce qu'il développe dans son récent ouvrage « La première graine ».

Par Eloi Pailloux - Publié le 25/10/2017 à 14:37

Commenter

Partager :

À l’occasion d’un débat organisé l’Association française des journalistes agricoles (Afja), Stéphane Le Foll s’est plu et reconnu dans la présentation qu’on fait de lui, comme le « Al Gore français », du fait de son attachement à défendre une agriculture qui saura relever les défis alimentaires, climatiques, de la fertilité des sols et de la biodiversité.

La première graine*. Un titre de livre qui a du sens pour son auteur, Stéphane Le Foll. « Si je l’ai écrit, ce n’est pas pour donner des leçons, mais pour poursuivre le débat sur l’agro-écologie », explique le locataire du ministère de l’Agriculture durant le mandat de François Hollande. L’agriculture doit se réinventer et les cultivateurs en seront eux-mêmes les artisans. D’ailleurs, l’auteur dédie son livre « aux cultivateurs, pionniers qui ont anticipé les mutations, qui par leurs expériences et expérimentations sont capables de construire les modèles de demain. »

« La photosynthèse est gratuite »

C’est du terrain qu’est venue l’idée de combiner les enjeux environnementaux et économiques. Les précurseurs n’appliquaient pas un modèle, mais cherchaient leur propre voie. « Lutte contre le réchauffement climatique, préservation de la biodiversité, prise en compte des écosystèmes et des mécanismes de la nature… sont la grande ambition d’aujourd’hui et de demain. Ne plus chercher à les bouleverser par des actions qui souvent miraculeuses, mais peu durables. De modèles très gourmands en capital, en chimie, en machines, on va revenir à des modèles moins coûteux mais performants en termes économiques et écologiques. La révolution de l’agro-écologie est en dynamique et elle donnera une place aux cultivateurs parce qu’elle est la modernité. Ces artisans de l’ombre, grâce au soleil de la photosynthèse, peuvent enfin capter la lumière », écrit Stéphane Le Foll.

L’auteur ne cherche pas à dresser un bilan de ses cinq années passées au ministère de l’Agriculture, car il estime que c’est trop tôt pour le faire. En revanche, il réaffirme ses convictions articulées autour d’une agro-écologie performante, car très intensive en connaissances, s’appuyant sur des initiatives collectives, et conçue dans le cadre de la bio-économie.

Damien Raison

* « La première graine », de Stéphane Le Foll, éditions Calmann-Lévy, 180 pages, 17 €

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *