Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Loi Égalim : grosse colère des sénateurs contre le texte voté par l’Assemblée

Initiative

Open Agrifood, une vitrine pour les initiatives agricoles innovantes

Pesticides

Manifeste anti-pesticides : le coquelicot, symbole d’un casse-tête agricole

Politique

Passation Hulot-Rugy : l’agriculture absente des discours

Bio

La parité, une question aussi pour l’agriculture biologique

Modes de production

Tomates : Savéol aide les maraîchers dans la transition énergétique

Savéol a lancé « Savéol Energies Nouvelles » à destination des producteurs de tomates. Une action qui entre dans la démarche de la coopérative bretonne de développer les pratiques agro-écologiques.

Par Stéphanie Ayrault - Publié le 25/04/2018 à 10:38

Commenter

Partager :

Savéol, la coopérative bretonne spécialisée dans la production de tomates, a annoncé le 19 avril le lancement de « Savéol Energies Nouvelles ». Soit un cercle d’acteurs de l’énergie réunis pour mener la transition énergétique chez les maraîchers. Producteurs et spécialistes se rencontreront régulièrement autour d’ateliers de travail sur des sujets comme la méthanisation, la biomasse, le photovoltaïque, ou encore l’efficacité énergétique. « L’objectif est d’aider les maraîchers à mettre en œuvre les solutions énergétiques les plus adaptées à leurs exploitations, dans une logique de rentabilité technico-économique », indique Savéol dans un communiqué du 23 avril.

18 % de la chaleur est déjà renouvelable

La structure ne part pas de zéro. Déjà, 18 % des besoins de chaleur des serres sont aujourd’hui couverts par des énergies renouvelables, à l’aide de chaudières biomasse, de cogénération biomasse et de récupération d’énergie fatale. Par ailleurs, les maraîchers ont diminué leurs consommations énergétiques de 40 % entre 2004 et 2014.

Energies renouvelables et pesticides

Ces actions entrent dans le cadre de la démarche Nature de Savéol qui vise à généraliser des pratiques culturales éco-responsables, à l’instar de l’élevage d’insectes auxiliaires permettant de diminuer le recours aux pesticides de synthèse, ou encore du développement d’une gamme de tomates cultivées sans produits phytosanitaires.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *