Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Un ministre de l’Agriculture qui moissonne

Alimentation

Les cinq fruits et légumes par jour ne se font plus entendre

Tendances

Améliorer les conditions de travail des agricultrices

Politique

États généraux de l’alimentation : entre enjeux alimentaires, agricoles et environnementaux

International

Trump annonce la sortie des États-Unis de l’accord de Paris

Le président Trump a annoncé le 1er juin le retrait des États-Unis de l'accord sur le climat de Paris. La communauté internationale et le gouvernement français ont fait savoir leur désaccord et leurs inquiétudes.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 02/06/2017 à 10:53

Commenter

Partager :

 width=Décision longuement réfléchie, plusieurs fois reportée, le couperet sera finalement tombé le 1er juin, quand Donald Trump annonce que les États-Unis se retirent de l’accord de Paris sur le climat. Promesse de sa campagne de 2016, cette décision devrait permettre, selon le président, de protéger les emplois et les revenus des américains. Ce dernier s’appuie sur une étude publiée par l’entreprise américaine de consulting NERA.

Une décision contestée dans le pays et à l’étranger

Le président semble diviser, une fois de plus, la population américaine. Tandis que ses électeurs plébiscitent le retrait, des entreprises, des maires et même des gouverneurs  annoncent leur volonté de poursuivre les engagements. Ils veulent atteindre l’objectif de réduction de 28 % des émissions de gaz à effet de serre fixé par Barack Obama. Les gouverneurs des états de New York, de Washington et de Californie, qui représentent un cinquième de la population du pays, annoncent la formation d’une « alliance » pour soutenir les initiatives vertueuses.

La communauté internationale semble quant à elle clairement unie face à ce revirement. La Chine, premier émetteur mondial, s’engage fortement dans le cadre de l’accord de Paris. Avec le France, elle a appelé Donald Trump à revoir sa position. Jacques Mézard, ministre de l’Agriculture français, a qualifié ce retrait de potentiel « prélude à un immense gâchis ». Le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot  parle quant à lui « d’injure à l’avenir ».

En pratique, le retrait des États-Unis de l’accord de Paris sur le climat prendra du temps. Les mécanismes prévus par le traité en cas de désistement ne devraient rendre effective la sortie américaine qu’en novembre 2020, soit lors des prochaines élections présidentielles.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *