Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Abeilles

Sulfoxaflor, néonicotinoïdes et abeilles : l’Anses répond

Cultures

Les technologies d’édition du génome considérées comme une solution pour l’agro-écologie

Cultures

Glyphosate : comprendre les divergences des études

Élevage

Un lait sans OGM, avec des garanties de bien-être animal, de pâturage… et de prix

International

Une agence de voyage dédiée à l’agriculture

Élevage

Un bilan sur la réduction d’usage des antibiotiques en élevage

Le gouvernement vient de lancer la deuxième mouture du plan Écoantibio. L'occasion d'un bilan de la première édition, lancée en 2011 afin de lutter contre les effets néfastes de l'excès d'usage d'antibiotiques vétérinaires.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 27/04/2017 à 00:00

Commenter

Partager :

Le Conseil général de l’agriculture et de l’alimentation et des espaces ruraux (CGAAER) a publié le 19 avril 2017 un rapport sur le plan Écoantibio, visant à réduire la consommation d’antibiotiques vétérinaires. Alors que la deuxième version de ce plan, qui courra jusqu’en 2021, vient d’être publiée, ce rapport précise les réussites, et les progrès à effectuer.

Pourquoi un plan Écoantibio ?

Utiliser des antibiotiques, c’est éliminer les bactéries en perturbant leur métabolisme. Certaines peuvent résister à ce traitement, généralement du fait d’une mutation génétique. C’est le phénomène d’antiobiorésistance. Supprimer toutes les bactéries non-mutantes favorise, « en laissant la place », une reproduction massive des bactéries résistantes. Il n’est pas toujours possible de développer de nouveaux antibiotiques pour combattre ces nouvelles bactéries, et le phénomène a toutes les chances de se répéter. Il est donc nécessaire de raisonner l’usage d’antibiotiques afin de réduire le risque d’antibiorésistance.

Un plan global pour atteindre tous les acteurs de la filière

Le plan Écoantibio se veut global dans son appréhension du problème. Il a été défini atour de cinq axes : sensibiliser les professionnels à l’antibiorésistance, développer des alternatives aux antibiotiques, encadrer l’usage de ces médicaments, surveiller leur utilisation et contribuer à une action au-delà du cadre national.

Le CGAAER avance un chiffre très positif : la consommation totale d’antibiotique a diminué de 25 % entre 2012 et 2016. Le conseil attribue ce progrès au travail réalisé sur la sensibilisation des acteurs. Il déplore cependant un manque d’investissement sur la recherche d’alternatives, et souhaiterait voir le plan être mieux intégré dans la démarche agro-écologique française.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *