Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Un ministre de l’Agriculture qui moissonne

Alimentation

Les cinq fruits et légumes par jour ne se font plus entendre

Tendances

Améliorer les conditions de travail des agricultrices

Politique

États généraux de l’alimentation : entre enjeux alimentaires, agricoles et environnementaux

Politique

Un ministre de l’Agriculture qui moissonne

Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture, s'est essayé à la moisson le 28 juillet, en se rendant sur l'exploitation de Guillaume Lefort, agriculteur de Seine-et-Marne. L'occasion pour le ministre de rappeler les enjeux des États généraux de l'alimentation.

Par Vincent Dufau - Publié le 02/08/2017 à 16:33

Commenter

Partager :

La fête des moissons a été l’occasion pour Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Forêt, de s’essayer à la pratique de la moisson d’orge. Alors qu’il visitait l’exploitation de Guillaume Lefort, exploitant à Arville en Seine-et-Marne (77), ce dernier a proposé au ministre de piloter une moissonneuse batteuse. Cette visite était organisée par #Agridemain, plateforme de communication dont l’objectif est de faire entendre les agriculteurs, et qui rassemble diverses structures du monde agricole (syndicats, réseaux, associations…).

Rappeler les enjeux du moment sur le terrain

Stéphane Travert : «Les étudiants sont les bienvenus, ce sont eux les agriculteurs et les acteurs de demain. »

Le ministre en a profité pour s’exprimer auprès des différents acteurs présents. Concernant les États généraux de l’alimentation, il a insisté sur l’importance de réunir tous les acteurs autour d’une même table, et de passer d’une « négociation conflictuelle à de véritables compromis gagnant-gagnant. »

Par ailleurs, il a souligné l’importance de la formation, et invite les étudiants agricoles ou ingénieurs à se rendre aux États généraux pour y assister, voire y participer. « C’est déjà le cas d’AgroParisTech, école d’ingénieur agronome. Les étudiants sont les bienvenus, ce sont eux les agriculteurs et les acteurs de demain », a souligné Stéphane Travert.

Le ministre veut avoir la main sur la Pac post-2020

Le ministre a enfin expliqué son intention de mettre la France en position de force pour les négociations de la future Politique agricole commune (Pac), qui sera appliquée à partir de 2020 en Europe. Pour ce faire, il compte contribuer à la promesse du Président Macron auprès de Bruxelles, à savoir faire passer le déficit public français en dessous de 3 % du PIB.

En ce sens, Stéphane Travert avait annoncé, la veille, son intention de ne pas piocher dans les caisses de l’État pour compléter certaines aides européennes, prévues pour la période 2015-2020 mais déjà entièrement consommées. Le ministre a opté pour un jeu de vases communicants à partir d’autres fonds européens, afin préserver les finances de la France. Un choix qu’il doit aujourd’hui justifier auprès du secteur agricole, au sein duquel cette décision a provoqué une indignation quasi-unanime.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *