Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Élevage

Les associations de bien-être animal déçues par les annonces de Didier Guillaume

Pesticides

Glyphosate dans les urines, la variabilité des résultats selon la méthode utilisée se confirme

Sol

Notre rencontre avec le « Slip d’or » de la Foire de Châlons

Initiative

Ici la Terre, focus sur cette démarche qui invite les consommateurs à appeler les agriculteurs

Labels

La Haute valeur environnementale concerne désormais 2272 exploitations

Alimentation

À Halloween, c’est la courge elle-même qui peut créer le frisson

Attention, à la saison des citrouilles et des potirons, toutes les courges ne sont pas comestibles. C'est le message passé par l'agence nationale de sécurité sanitaire, qui rappelle qu'une petite moitié des intoxications porte sur des produits du commerce, et une grosse moitié relève des courges du potager.

Par Eloi Pailloux - Publié le 31/10/2019 à 15:06

Commenter

Partager :

Photo Anses

Ce n’est pas dans le but de faire peur que l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a communiqué sur le risque de consommer certaines courges, le 31 octobre. À l’approche d’Halloween, les citrouilles et potirons ne sont pas seulement des éléments décoratifs. Ce sont aussi des produits de saison, largement consommés, tout comme les potimarrons ou les pâtissons. L’ensemble de ces cucurbitacées, les « courges », ne sont pourtant pas toutes comestibles. « Certaines peuvent être à l’origine d’intoxication alimentaire parfois grave », alerte l’Anses.

Des risques à l’étal et au jardin

C’est le cas des courges ornementales comme les coloquintes, parfois vendues au rayon fruits et légumes, dont l’usage est pourtant strictement décoratif. La production du potager n’est pas forcément exempte de risque : des hybridations « sauvages » sont possible. La courge du jardin peut alors produire des toxines, un système de défense naturel pour repousser les insectes ravageurs. Ces substances, les cucurbitacines, provoquent des douleurs digestives, des nausées, des vomissements, une diarrhée parfois sanglante, voire une déshydratation sévère nécessitant une hospitalisation.

Une bien mauvaise farce d’Halloween, et pas si rare que cela. Selon l’Anses, 353 cas ont été recensés entre 2012 et 2016. Heureusement, seuls 4 % présentaient des symptômes prononcés ou prolongés, sans jamais dépasser la « gravité modérée ».

Et on ne MANGE PAS les coloquintes, c’est pour faire joli ! #CaVaMieuxEnLeDisant pic.twitter.com/Os64NEnnIJ

— Géraldine Woessner (@GeWoessner) October 31, 2019


Les conseils de l'Anses

Pour les courges alimentaires achetées dans le commerce : bien se renseigner auprès du vendeur et goûter un petit morceau de courge crue. Si le goût est amer, recrachez-le et jetez la courge... elle ne doit pas être consommée, même cuite. Pour les courges issues de potagers familiaux : ne pas consommer les courges « sauvages » qui ont poussé spontanément et acheter de nouvelles graines à chaque nouvelle semence dans le potager.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *