Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Edito

Pesticides et agressions d’agriculteurs : causer plutôt que cogner

Pesticides

Quatre ministères réaffirment l’ambition de réduire les usages de pesticides de 50 % pour 2025

Politique

Le changement de modèle agricole, au cœur du grand débat sur la transition écologique

Abeilles

Des puces (électroniques) dans les ruches pour surveiller la santé des abeilles

Labels

Armistice dans la guerre des Camemberts

Edito

Agriculteur agressé : un fait divers à condamner sans ambiguïté

Par Campagnes & Environnement - Publié le 09/03/2019 à 07:48

Commenter

Partager :

L’épisode s’est déroulé le dimanche 3 mars, dans l’Ain, et il a fallu quelques jours pour que l’information circule et prenne de l’ampleur. Un agriculteur a donc été agressé par un riverain de toute évidence excédé de le voir appliquer un herbicide dans ses champs. L’équipe de Campagnesetenvironnement.fr, et plus largement celle de Terre-écos, qui publie ce site, s’est interrogée sur la manière adéquate de traiter cette « actualité ».

Les efforts consentis pour réduire les usages de pesticides tout en s’efforçant de préserver la santé économique parfois précaire du secteur, l’inventivité des agriculteurs et des filières agricoles face à ce défi, les garde-fous mis en place pour limiter les risques liés à ces produits… sont évoqués dans une très grande quantité de nos articles, chaque semaine. Nous ne les aborderons pas ici, car nous ne souhaitons pas apporter à la violence des réponses argumentées. Ce serait donner à ces actes une portée rationnelle.

Nous prenons donc le parti de « simplement » condamner l’auteur de ces violences. Nous exprimons ici également notre désolation face aux prises de position ambigües suite à ce fait divers. Notamment le message passé par certains militants anti-pesticides déplorant ces coups de poing sans véritablement les condamner, et en les jugeant inévitables et finalement presque explicables. Le coup de sang d’une personne isolée est une chose (consternante). Les discours entretenant un climat propice à la répétition de ce type d’épisode en sont une autre (inacceptable).

“Nous voulons des coquelicots” se fichent-ils de la gueule du monde ? Ou n’ont-ils vraiment pas conscience de l’indécence de leur communication ?
Le communiqué complet est bien pire que le tweet. Petit découpage. 🔽🔽🔽https://t.co/GDNAs9GcaB

— Bunker D (@Bunker_D_) 7 mars 2019

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *