Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Élevage

Peste porcine africaine : pour préserver ses élevages, la France ferme ses frontières… aux sangliers

Politique

Pesticides et ZNT, le monde agricole insatisfait menace de représailles contre… les stations d’épuration

Pesticides

Derrière la hausse des ventes de pesticides en 2018, plusieurs explications et tendances

Rétrospective

2019, une année d’actualité agricole sur notre site

Politique

Pesticides, insatisfaction générale sur les « zones de non traitement » fixées par le gouvernement

Cultures

Cultures riches en protéines, bonnes pour la santé et l’environnement

Les Français ne consomment pas assez de protéines végétales. Un équilibre doit être trouvé avec les protéines animales. L'aspect nutritionnel n'est pas le seul enjeu : de nombreuses cultures riches en protéines ont aussi des atouts environnementaux. L'évolution des menus et celle des assolements agricoles sont donc liés.

Par Eloi Pailloux - Publié le 13/12/2019 à 08:40

Commenter

Partager :

Les plantes riches en protéines ont des atouts à faire valoir dans les assiettes, mais aussi dans les champs. C’est notamment le cas des légumineuses (soja, pois, fève, lupin…), dont les bénéfices sont variés. Leur capacité à fixer l’azote de l’air permet de les cultiver en économisant les engrais azotés, dont l’empreinte énergétique est lourde (production, transport et épandage), et potentiellement émetteurs de protoxyde d’azote (N2O). Cette famille de cultures permet aussi de diversifier les rotations agricoles, contrariant le développement de mauvaises herbes et les cycles de parasites, avec une moindre utilisation de pesticides à la clé.

Le flexitarisme, allié des protéines végétales

Le Groupe d’étude et de promotion des protéines végétales (GEPV) est chargé de promouvoir ces cultures. Il produit, régulièrement, un baromètre de la consommation de ces protéines en alimentation humaine, débouché qui reste marginal par rapport à l’alimentation animale. La tendance est toutefois positive. Dans une infographie publiée le 10 décembre, le GEPV décrypte cette dynamique. Le succès du flexitarisme y contribue : 39 % des Français disent vouloir réduire leur consommation de viande, et 26 % souhaitent compenser ce choix par plus de protéines végétales.

Les pouvoirs publics, via le Plan national nutrition santé (PNNS), encourage la tendance, en prônant un équilibre à 50-50 entre la quantité de protéines animales et végétales dans les assiettes, quand aujourd’hui ces dernières ne représentent que 35 % du total… Le PNNS recommande ainsi de consommer des protéines végétales au moins deux fois par semaine, pour une moyenne quotidienne oscillant de 45 grammes pour un individu de 56 kg, à 66 grammes pour un individu de 80 kg.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *