Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Restauration collective, Montreuil (93) veut 70 % de bio dans les assiettes

Modes de production

M2i Life Sciences met la chimie au service de la confusion sexuelle

Cultures

La capacité des plantes à se détecter entre elles, une piste agronomique porteuse

Modes de production

Le bio bat des records en 2018

Pesticides

Pour la première fois, un pesticide jugé perturbateur endocrinien est retiré du marché

Donner aux éleveurs des outils fiables

Lui-même organisme certifié Iso-9001 pour la mission réglementaire d’identification des bovins, l’établissement départemental de l’élevage de la Meuse se veut particulièrement prêt à accompagner les éleveurs du département dans toute démarche qualité.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 20/01/2005 à 00:00

Commenter

Partager :

 

L’EDE (Établissement départemental de l’élevage) de la Meuse, tout comme ceux de la Somme et de l’Ain ont entrepris une démarche de certification dans le cadre de la mission réglementaire d’identification des bovins. Une procédure initiée en septembre 2001 et qui a abouti en juillet 2002 à l’obtention de la certification Iso-9001, version 2000. “L’identification étant à la base de toutes les démarches qualité en élevage bovin, cette certification nous permet d’être tout à fait dans les clous pour accompagner les éleveurs, dans le cadre de l’agriculture raisonnée par exemple ou plus largement maintenant dans celui de la réforme de la Pac”, explique Xavier Colson, directeur de l’EDE. “Il n’y a pour l’heure aucun exploitant agricole meusien qui soit qualifié, précise Bruno Boschiero, chargé de mission sur les études économiques et de l’animation sur l’agriculture raisonnée à la Chambre d’agriculture de la Meuse. Mais nous avons un petit noyau d’éleveurs motivés, qui travaille déjà sur l’enregistrement des pratiques et qui est prêt à partir dans la démarche.”

 Réorganisation de l’appui terrain

Ces éleveurs sont d’ailleurs en phase d’autodiagnostic. Ils ont notamment obtenu la certification AgriConfiance mise en place par leur coopérative laitière. “Nous nous devons d’être prêts pour les accompagner au besoin dans la qualification agriculture raisonnée”, ajoute Bruno Boschiero. Pour entamer cette démarche Iso 9001, les organismes agricoles sont partis du constat qu’on en demandait de plus en plus aux agriculteurs, dans le cadre du socle des bonnes pratiques, principalement. “Nous devions nous imposer également un cadre de travail précis, souligne Xavier Colson. Et démontrer notre aptitude à fournir un produit conforme aux demandes du client et aux exigences réglementaires.” Concrètement, pour l’EDE, il s’agit de faire accéder tous les éleveurs du département à la conformité réglementaire et adapter leur accompagnement par une réorganisation de l’appui terrain. Par exemple, un gros travail a déjà été réalisé et est toujours en cours concernant la chute des boucles d’identification des animaux. Des plaquettes d’information ont été diffusées pour faire comprendre aux éleveurs l’importance d’un suivi correct dans ce domaine et des progrès ont déjà été réalisés, le taux de chute ayant diminué depuis deux ans. Une fiche annuelle est également envoyée à tous les éleveurs pour la tenue de l’identification. Les données concernant l’abattage sont connues des éleveurs dans les 48 heures grâce à l’amélioration des circuits d’informations.

Exigences nationales du référentiel

Identification des animaux

50. Appliquer le système réglementaire d’identification en vigueur pour chaque espèce d’animaux.

51. Enregistrer toutes les entrées et les sorties des animaux de l’exploitation dans le registre d’élevage en en conservant les pièces justificatives.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *