Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Élevage

Les associations de bien-être animal déçues par les annonces de Didier Guillaume

Pesticides

Glyphosate dans les urines, la variabilité des résultats selon la méthode utilisée se confirme

Sol

Notre rencontre avec le « Slip d’or » de la Foire de Châlons

Initiative

Ici la Terre, focus sur cette démarche qui invite les consommateurs à appeler les agriculteurs

Labels

La Haute valeur environnementale concerne désormais 2272 exploitations

En Ardèche, un domaine expérimente l’agroforesterie viticole

En collaboration avec des instituts de recherche, le domaine Olivier de Serres mène une parcelle de vigne en agroforesterie depuis 2012. Aucune interférence nuisible n'a été constatée entre les pieds de vigne et les arbres fruitiers.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 12/04/2016 à 00:00

Commenter

Partager :

 class=
Vigne et arbres fruitiers sont associés sur 1,8 hectares

1,8 hectare de vigne couplé à des arbres fruitiers : en Ardèche, le domaine Olivier de Serres expérimente depuis 2012 l'agroforesterie viticole. Des rangées de poiriers, pommiers, amandiers, et mûriers alternent avec deux cépages de raisin (Syrah et Grenache). Ce projet a pour ambition d'augmenter la diversité agro-écologique, et la résistance aux changements climatiques. Un gain qualitatif de la vigne est attendu.
 
Analyses de sols, profil cultural, mesure de la croissance des arbres, décompte des lombrics, mesure de la production et de la vigueur de la vigne et sa vigueur, observations aériennes… Le projet est mené en partenariat avec plusieurs instituts de recherche, dont l'Inra de Gotheron à Saint-les-Valence. Jusqu'à présent, aucune interférence (problèmes d'ombre ou de concurrence nutritive) entre les arbres et la vigne n'a été constatée.

La parcelle, qui est entrée en production en 2015, affiche des rendements encore faibles. « Les cépages plantés en 2012 sont encore peu productifs », explique Jean-Marc Giacopelli, directeur de la ferme Olivier de Serres. La sécheresse de 2015 et des problèmes de croissance de certains porte-greffes sont également des facteurs qui ont joué sur la récolte. « Le potentiel de production en 2017 sera plus élevé », assure Jean-Marc Giacopelli, qui espère obtenir entre 60 et 70 hecto/ha.

 

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *