Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Coronavirus

Covid-19, Bleu-Blanc-Cœur lance une enquête pour évaluer l’impact sur les comportements alimentaires

Politique

Le calendrier du débat public « ImPACtons ! » bouleversé par le coronavirus

Coronavirus

Appel unanime à privilégier les produits frais et français pour soutenir les agriculteurs

Coronavirus

Les agriculteurs en quête de saisonniers

Initiative

Face au coronavirus, des agriculteurs appellent à la solidarité en faisant don de leurs masques

fruits-et-legumes

Hauts-de-France, des endives de pleine terre et pleines d’avenir

Depuis plusieurs années, les tonnages d'endives produites en France, essentiellement en bâtiments, sont à la baisse. Ce n'est pas le cas des endives cultivées en pleine terre, qui se développent autour d'un cahier des charges Label Rouge rigoureux.

Par Eloi Pailloux - Publié le 19/12/2019 à 11:20

Commenter

Partager :

Photo – Observatoire économique des signes officiels de la région Hauts-de-France 

La culture de l’endive hors-sol, en bâtiment, est apparue dans les années 70, apportant aux producteurs français une réduction de la pénibilité du travail et une augmentation des volumes produits. Ce changement a contribué à démocratiser l’endive auprès du consommateur. Dans le nord de la France, on continue toutefois de faire pousser les « chicons » en pleine terre. La coopérative Marché de Phalempin a même été lancée pour protéger ce mode de production, qui a obtenu le Label Rouge en 2014.

Volumes produits triplés en cinq ans

Le cahier des charges de ce label, rigoureux, confère aux « endives de pleine terre » des qualités gustatives, une texture croquante et une meilleure conservation. Une filière de qualité qui parvient aujourd’hui, malgré des volumes restreints, à résister au recul de la production des autres endives françaises. Le tonnage est ainsi passé de 340 tonnes en 2014 à plus de 1000 tonnes en 2019, et le nombre de producteurs de 24 à 34 sur le même laps de temps.

Respect de la saisonnalité et du rythme de la culture

Dans une étude publiée le 11 décembre, l’Observatoire économique des signes officiels de la région Hauts-de-France s’intéresse à cette production. La structure estime que sur le plan environnemental, la filière endive de pleine terre se situe à un niveau de « durabilité intermédiaire ». La saisonnalité et le rythme naturel de la culture sont respectés, mais l’utilisation de frigos est nécessaire pour conserver les racines après récolte. L’observatoire relève une empreinte énergétique également alourdie par le transport.

L’autonomie énergétique est donc logiquement un axe d’amélioration listé par l’étude, en plus de possibles démarches de préservation des sols. Les auteurs notent également que cette filière Label Rouge ne produit pas en agriculture biologique à ce jour.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *