Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Open Agrifood, une consultation nationale décrypte le lien des enfants avec leur alimentation

Politique

Lancement d’un Varenne agricole sur l’eau et le climat pour accroître la résilience des exploitations

Biodiversité

La stratégie nationale sur la biodiversité en consultation

Labels

La notation Nutriscore serait inadaptée aux produits traditionnels d’Occitanie

Initiative

Sodiaal vous invite à imaginer la coopérative de demain

Alimentation

La FNSEA propose la mise en place d’un chèque alimentaire de 5 euros par jour

Pour faciliter l'accès du plus grand nombre à une alimentation de qualité, la FNSEA suggère la mise en place d’un chèque ou carte alimentaire. Christiane Lambert, la présidente du syndicat, a transmis sa proposition à différents ministres dont celui de l'Agriculture, Julien Denormandie, le 9 février.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 11/02/2021 à 17:41

Commenter

Partager :

« Pour les agriculteurs français, dont les efforts pour continuer à nourrir la population malgré le contexte ne sont plus à démontrer, il n’est pas concevable que des personnes en situation de vulnérabilité économique ou sociale ne puissent pas manger à leur faim », écrit Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, dans un courrier daté du 9 février, envoyé aux ministres de l’Agriculture, Julien Denormandie, de la Santé, Olivier Veran, de la Transition écologique, Barbara Pompili, et de l’Economie, et Bruno Le Maire.

Dans le cadre, le syndicat propose la mise en place d’un chèque alimentaire, doté de cinq euros par jour, axé sur une alimentation de qualité, à destination des jeunes familles et des personnes âgées sous conditions de ressources et des étudiants boursiers.

Produits frais et locaux

Dans sa proposition, la FNSEA propose que soient éligibles tous les produits frais concernés par la bannière « Plus près de vous et de vos goûts » ainsi que tous les produits issus de circuits courts, y compris les produits transformés, distribués en Grandes et moyennes surfaces (GMS), en commerce de proximité, en épiceries sociales et solidaires, en magasins de producteurs ou en vente directe. « La gestion pourrait être confiée aux services décentralisés de l’Etat, et la distribution des chèques aux CCAS ou aux conseils départementaux », précise le document. La FNSEA rappelle que 10 millions de personnes se situent sous le seuil de pauvreté, et que 5,5 millions sont accompagnés par un dispositif d’aide alimentaire.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *