Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Edito

Pesticides et agressions d’agriculteurs : causer plutôt que cogner

Pesticides

Quatre ministères réaffirment l’ambition de réduire les usages de pesticides de 50 % pour 2025

Politique

Le changement de modèle agricole, au cœur du grand débat sur la transition écologique

Abeilles

Des puces (électroniques) dans les ruches pour surveiller la santé des abeilles

Labels

Armistice dans la guerre des Camemberts

Élevage

Lancement d’une réflexion sur un étiquetage spécifiant les modes d’élevage

Le Conseil national de l'alimentation (CNA) va plancher, tout au long de l'année 2019, sur les contours d'une possible expérimentation visant à étiqueter, sur les produits issus d'élevage, le mode de production. Objectif : donner au consommateur des éléments liés au bien-être des animaux.

Par Eloi Pailloux - Publié le 12/03/2019 à 10:14

Commenter

Partager :

Lira-t-on demain, sur les étiquettes des produits issus des élevages, des indications sur les pratiques des exploitations dont ils sont issus ? La question a notamment animé les États généraux de l’alimentation, dont l’un des ateliers portait spécifiquement sur le bien-être animal et les attentes des consommateurs en la matière. Un peu plus d’un an plus tard, quatre ministères (1) ont confié au Conseil national de l’alimentation la mise en place d’un groupe de réflexion sur ce thème, officialisée le 7 février.

Mettre en place une expérimentation, dans un premier temps

Cette instance, dont l’objectif est d’éclairer le gouvernement, a un an pour mener ce travail. L’idée n’est pas, à ce stade, de plancher sur un dispositif obligatoire, mais plutôt de dessiner les contours d’une expérimentation. Le groupe de travail du CNA devra décider quelles filières d’élevage pourraient y participer, les critères d’évaluation à retenir ou encore les moyens à déployer pour une telle expérimentation.

Enfin, et surtout, le CNA devra déterminer sous quelle forme présenter au consommateur l’information, de manière à ce qu’elle soit « claire, compréhensible et contrôlable ». Ces travaux aboutiront d’ici à la fin 2019, l’expérimentation elle-même pourrait démarrer dans la foulée, en 2020.

(1) Transition écologique, Consommation, Santé et Agriculture

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *